Klatovy

De Wiki'speria.
Aller à : Navigation, rechercher
Klatovy
Administration
Région Steiertal
Nation Grande Huratelon
Édifices
Démographie
Population totale 60


Sommaire

Informations générales

Ce village compte environ 60 habitants. Il est logé dans la forêt dense du sud du Steiertal, à l'écart des vraies villes de la région. Il dépend directement du grafat d'Odense.

Klatovy a une architecture usant majoritairement de bois et de chaume, disposant d'une auberge en son centre, le Sanglier Coquin, d'une petite dizaine d'habitations et de multiples ateliers. On note également la présence d'un bâtiment tout en pierre assez large, le seul du village, aux limites de Klatovy. Il s'agit d'une commanderie où réside un moine phalangiste.


Dziurna.jpg
Une maison typique de Klatovy.


Activités du village

Le village se compose en majorité de bûcherons et d'artisans du bois émérites. Les autres corps de métiers représentés sont généralement ceux utiles au village pour subvenir à ses besoins, tel que le queux travaillant à l'auberge, la couturière, le porcher...

Les jeunes gens reprennent souvent le métier de leurs parents, espérant ainsi faire leur fierté et apprenant tout l'art de la profession de ces derniers, renforçant d'autant plus leurs liens. Les quelques exceptions sont généralement faites sous le coup de la nécessité, lorsqu'un maître de métier ne dispose pas d'un successeur pour assurer sa charge, mais les familles n'en demeurent pas moins déçues la plupart du temps, considérant nettement moins celui qui s'est écarté du lot.

Le village bénéficie du passage de caravanes plusieurs fois à l'an, qui le ravitaillent en denrées diverses et en particulier de quoi nourrir les habitants, qui ne disposent pas naturellement d'assez de ressources pour ce faire sans dépasser les limites de chasses imposées par le Graf d'Odense. C'est à cette occasion que les artisans du village revendent le fruit de leur travail.


Education, culture et loisirs

En sa qualité d'homme érudit, le phalangiste qui se mit à la disposition du village fournit éducation, qui se limita à la lecture, l'écriture et le calcul, et sermons aux habitants. Plusieurs hommes et femmes se succédèrent à ce poste au cours du temps. Les quelques savoirs transmis par ces gens de fois aux braves hères du village font la fierté du village et un habitant fait doit avoir une connaissance basique du calcul pour être considéré comme tel. En effet, les villageois ne s'intéressent de façon que très sommaire à la lecture et à l'écriture en soit, prisant avant tout les bons comptes. Le capitalin n'est pas enseigné de façon complète, on ne dispose de quelques bases en cette idiome au sortir de cette éducation.

Les habitants sont des gens très friands de lutte. À défaut d'armures ou d'armes, des jeux de lutte sont souvent organisés en thermidor et font le plaisir des spectateurs comme des lutteurs eux-mêmes. C'est dans un esprit de bonne camaraderie que se déroulent ces épreuves, généralement accompagnées de grands repas et de beaucoup de bière locale. Les fêtes, pour quelque événement qu'il y ait, font venir tous les villageois en âge de tenir une chopine et se prolongent tard dans la nuit. On y chante, on y danse, et on discute de tout et de rien entre amis. Elles n'ont cependant rien de débridé et malgré l'abrutissement lié à l'excès d'alcool, on ne se donne que rarement en spectacle.

Racines

De nombreux noms de famille comme celui d'Andrea ainsi que beaucoup de prénoms ne sont pas originaires de la Grande Huratelon et sont transmis des parents aux enfants, sautant parfois une génération. A l'origine de cela, un groupe de familles qui aurait quitté la Capitale pour des raisons obscures, rejoignant les bois du Steiertal pour s'y établir. Cet événement remonte à environ deux-cent ans. On ne parla bientôt plus le capitalin de manière courante et il fut ainsi remplacé dans la vie de tous les jours par le hura. Ils s'approprièrent les coutumes et la culture de ses habitants et se considèrent en véritables « gens du pays », grossissant considérablement la population de Klatovy.


Hors RolePlay :

la consonance de ces noms est italienne.


Moeurs

Les mœurs locales sont simples et demeurent très semblables à celles rencontrées dans le reste de Grande Huratelon. Bien que la consanguinité soit assez mal vue, la plupart des habitants sont de près ou de loin liés par le sang, le village constituant un nid très fermé. Tous se connaissent et le sens du partage est très fort. Cependant, un habitant qui aura reçu l'assistance d'un autre lui sera redevable et fera tout pour éponger sa dette. Les échanges et l'entraide n'en demeurent pas moins très courants au sein du village, la confiance étant de mise, mais dès lors qu'un habitant est face à un étranger, il fera en sorte de ne pas lui devoir quoi que ce soit.

Au sein du village, on connaît de nom les différents peuples qui entourent celui de la Grande huratelon. On se défie particulièrement des Qadjarides et des Ocolidiens pour leur société considérée anarchique mais on ne porte pas une affection particulière non plus pour Nordiques et Adaarions, qui sont des gens vivant trop au nord pour être tout à fait honnêtes.

Alimentation

Les habitants de Klatovy mangent à l'auberge du village pour la plupart, au déjeuner comme au dîner, et y consomment en général champignons, pain blanc, gruau et autres produits à base de céréales. Le gibier est également servi de façon relativement fréquente, à raison d'environ deux fois par mois, tandis que la viande de porc n'est servie que pour les grands évènements comme les mariages aux mariés seuls et la famille en raison du nombre limité de porcs dont dispose le village.


Esperiens originaires de Klatovy

 


Anciens Esperiens originaires de Klatovy

Outils personnels
Espaces de noms
Variantes
Actions
Navigation
Nouveaux joueurs
Outils