Futur du background et des peuples

Un petit coup d’œil dans les coulisses.
Répondre
Avatar du membre
Guidrion
Maître du Jeu
Messages : 8063
Compte Minecraft : Guidrion

Message par Guidrion » mer. 7 mars 2018 01:11

Hors RolePlay :

Bonjour à tous et à toutes,

Avec la sortie du Royaume d’Eyjarfolk, l’extension du Background continue. Le Nord est toujours en cours de travail et à terme, l’ensemble du nord sera à nouveau jouable. Toutefois, je continuerai de faire une alternance entre peuples du nord et autres peuples. Le projet est donc d’élargir le background à l’est et au sud ainsi que d’approfondir les liens entre le centre du continent (Canatan, Capitalins, Adaarions, Huras) et le sud. La tâche étant très importante, ces nouveaux peuples ne seront pas rapidement jouables mais seront progressivement intégrés au jeu pour ouvrir de nouvelles options, marchandises, pnjs et events. Ce sera aussi la fin définitive de la monochromie du background avec l’intégration de populations inspiré d’Afrique et du Moyen-Orient.

Les informations présentées ici ne sont qu'une ébauche mais les grandes lignes ne devraient normalement pas changer.

Les noms marqués d’une astérisque* sont sujets à changement ou des placeholders.

Refonte du Nord :
Pour rappel, un journal de bord a été publié sur le sujet pour les informations basiques sur ce projet.
http://www.esperia-rp.net/forum/viewtop ... 35&t=28842

Ligue des Princes ou Ligue Renuanne
La Ligue des Princes devait originellement sortir avec la Nation adaarionne mais a été reportée vu que cette refonte s’éternisait.
La Ligue renuanne est une confédération de petits états féodaux. Bien que légalement adaarions, les Renuans ont une histoire très différente de ceux-ci et forment le dernier état successeur de l’Empire Suuri encore existant. Culturellement, les Renuans ont des points communs avec les Adaarions et les Huras avec lesquels ils cultivent de nombreux liens. Les Princes sont ainsi en constant conflit, seulement unis par leur volonté de rester indépendants. La Renua est une région très agitée et le lieu de vie de nombreuses compagnies mercenaires aux ordres de commandants anoblis qui participent à ses conflits ou louent leurs services dans les contrées des deux côtés de la Renua. Le territoire de la ligue se situe aussi sur la route commerciale reliant le continent aux contrées d’Outre-Renua à l’est. Les marchands qui vivent de cette route commerciale jouent eux-mêmes un rôle à part et sont les plus importants partisans de la loyauté envers la Nation Adaarionne et le Monastère Adaarion.
Inspiration : peu, basée sur le background existant.
Langues : finnois/estonien

Royaume de Furat* et les Romentins
Le Royaume de Furat, une monarchie absolue, a été fondé par une population qui vivait originellement dans le Steiertal et formait l’un des peuples unis aux Huras. Les guerres de religions ont finalement brisé les liens entre eux et les Huras, les Furatis* prenant fait et cause pour l’Empire Central et, indirectement, le monachisme. Leur proximité avec les Capitalins s’est cependant écroulée à cause de la politique de conciliation de l’Empire envers les Huras et des nombreuses rébellions furatis* contre le pouvoir politique d’Huratelon et religieux d’Odense. Ces conflits ont culminé par l’expulsion de nombreux Furatis qui se sont réfugiés dans les montagnes de la Renua, d’abord comme sujets des Princes renuans et ensuite comme un royaume indépendant.
Après deux guerres, les Furatis sont parvenus à sauvegarder leur indépendance et à conquérir la bande de terre fertile entre le Steiertal et le Roment. Ils ont aussi intégré à leur royaume les Romentins qui peuplaient les montagnes du sud de la Renua. De ces conflits et alliances sont nés des troubles dans le Roment et l’enclave de Sylnaji impliquant le graf de Sylnaji, les Romentins vivant sur le territoire capitalin, le gouverneur provincial de la région, l’Ordre Phalangiste, les esclavagistes d’Andessa et Lauderfelt, les agents et marchands furatis et les agents du Panhura.

Le Royaume de Furat permettra donc d’intégrer plus de conflits récents autour de la Grande Huratelon et d’approfondir l’histoire de celle-ci. De même, l’intégration du Royaume de Furat sera lié à une refonte et un approfondissement de la région du Roment et sera donc l’occasion de donner plus d’éléments au sujet des Romentins.
Inspiration : indéfini à ce stade, basé sur le background existant.
Langues : Roumain et Basque (pour les Romentins)

Confédération de Malesoret
La Confédération de Malesoret est une population vivant dans les montagnes des Alcontes d’où ils ont toujours constitué à la fois un partenaire et une force imprévisible dans le sud. Mineurs, éleveurs, travailleurs, ils sont présents un peu partout dans les villes aux alentours des Alcontes et dans le reste des régions du sud. Leur état est une forme de confédération clanique non-reconnue par Caroggia ou La Capitale mais qui collabore avec les gouverneurs provinciaux et autorités locales qui n’ont aucun contrôle sur les Alcontes. Ils ont aussi bien la réputation d’être un refuge pour les brigands en tout genre et de contrebandiers que celle de fournir d’excellents mercenaires à tous ceux qui peuvent les payer. Les Malesorains entretiennent également des liens culturels et religieux très forts avec les Qadjarides qu’ils ont accueilli après la conquête des Potentats par l’Empire Central.
Inspiration : Albanie, Ecosse, Irlande.
Langue : Albanais

Nomades Dionians*
Les Nomades Dionians sont les héritiers de la Tribiarcha Ligua et des Caminarides. Aujourd’hui, ils vivent principalement comme éleveurs, mercenaires et comme caravaniers, reliant les contrées au nord de la Dione à la Vellabria et traversant la Frontera pour se rendre à Barani. Leur allégeance varie entre le Royaume Central et la République marchande de Caroggia bien qu’ils entretiennent surtout des liens culturels avec les Vellabriais. Comme les Qadjarides grajamaites avec lesquels ils cohabitent ou rivalisent, ils sont également dans le Roment.
Inspiration : diverses populations nomadiques
Langues : Catalan

Cité de Barani*
Barani* est une cité-état construite au coeur d’un massif rocheux en Outre-Frontera. Barani est réputée être l’une des plus anciennes cités du continent, antérieure à Cyvales et aux cités suuris ou qadjarides. C’est aussi une cité riche et le point d’échange central entre les caravanes des Dionians et autres marchands d’une part et d’autre part les caravaniers et méharistes venus du désert. La cité abrite la plus ancienne bibliothèque du continent, un centre d’érudition majeur. Les Baraniens sont réputés être de redoutables commerçants et ont fondé des traditions bancaires à l’origine de celles de Caroggia. Les Baraniens ont autrefois contrôlé les terres environnantes et leur propre empire mais ont dû céder leur hégémonie dans la région aux Nomades venus des déserts d’Outre-Frontera.
Les Baraniens ont partiellement adopté le culte d’Arbitrio pour approfondir leurs liens transfronterans mais ont conservé bien des traditions ancestrales.
Inspiration : Tombouctou, Gao, Alexandrie, Samarcande.
Langues : Amharique

Empire outre-fronterain*
L’Empire outre-fronterain* englobe l’essentiel des terres arides autour de Barani à l’est de la Frontera. Bien que la population locale soit présente depuis des siècles et partage beaucoup avec Barani, le royaume est dirigé par des nomades venus du désert et qui ont établi un empire reconnu bon gré mal gré par Caroggia et Barani. L’Empire est instable et des frictions surviennent périodiquement entre les élites dirigeantes de l’Empire qui ont adopté bien des éléments de la culture locale et baranienne et leurs soldats fidèles aux traditions nomadiques de leurs ancêtres.
Le culte d’Arbitrio comme pratiqué par les Baraniens y est présent mais les habitants et élites y pratiquent des traditions religieuses distinctes.
Inspirations : empire songhaï, empire seldjoukide, empire ottoman, Horde d’Or, empire mongol et successeurs.
Langues : Amharique et Swahili

La péninsule du sud*
La péninsule du sud* est une large péninsule au sud de la mer d’abondance et de la “Traidora mar”. Il s’agit d’une région aride mais riche. Elle se divise entre un royaume féodal basé sur les populations locales, un petit état né des descendants d’envahisseurs caminarides bien qu’ils n’entretiennent plus guère de liens avec leurs lointains cousins de la Vellabria et de la Dione et enfin, une cité-état, la dernière colonie et comptoir commercial du vieil Empire Qadjaride bien que celle-ci se soit largement mêlée et assimilée aux populations locales. Les locaux entretiennent des liens commerciaux et diplomatiques avec les Caroggians, les Baraniens et les Outre-Fronterains. Les ports et caravansérails de la péninsule sont aussi le principal point de passage pour le commerce avec le lointain sud et d’autres contrées au sud-est et sud-ouest, que ce soit par la mer ou les terres.
La région de la péninsule du sud est une mosaïque religieuse intégrant à la fois la religion outre-fronteraine, le culte d’Arbitrio et des cultes locaux.
Inspirations : Maroc, Maghreb en général, Al-Andalus, Espagne, Portugal et Venise.
Langues : berbère/amazigh et portuguais.

Les Deux-Empires d’Outre-Renua et leurs états rebelles*
Probablement le projet le plus distant de tous, les deux-empires d’Outre-Renua sont un ensemble de populations et d’états situés à l’est de la Renua. L’ancien empire, un vieux rival de l’Empire Central, s’est fracturé durablement en deux parties rivales, prétendant chacune incarner l’autorité impériale légitime. Les “deux-empires” se sont ainsi affrontés tandis que diverses provinces et cités prenaient leur indépendance.

Contenu caché [Afficher]

Image

Répondre