Découvrez Esperia

Venez découvrir l'expérience unique d'un Role Play hors du commun avec une vie politique active, de nombreux métiers, un background extensif, une communauté active et accueillante.

 


 


L'Ancien Monde

L'an 511 fut celui de l'émancipation. Laissant derrière eux l'Ancien Monde, un territoire vaste et divisé, les fondateurs d'Esperia s'établirent sur une île désormais appelée du même nom. Fuyant les déchirures flagrantes de leur civilisation, et issus de toutes ses nations, ils tournèrent la page d'une ère de conflits et de domination.


Au sein cette immense terre aux populations multiples, des tribus kylmates des Maahvitts aux indubalis sous contrôle de la République Marchande, des enjeux divers animent les peuples suite à l'émancipation longue de plusieurs siècles qui divisa l'Empire Qadjaride, l'Empire Suuri ou plus tard, l'Empire Central.
À ce jour, sans tutelle et avec de moindres garanties de paix, la Grande Huratelon, forte et fédératrice monarchie féodale, la Nation adaarionne, illustre trône de la religion dominante, le monachisme, le Royaume Central, puissance majeure mais décadente , et la République Marchande de Caroggia, riche et influente autorité de ce monde, se font face dans un calme désordre.

D'autres forces s'expriment ou sont opprimées, telles les tribus vaahvas, groupement disparate de peuplades vivant dans les terres des Maahvitts, ou encore les Ocolidiens, habitants d'un archipel à l'organisation douteuse, menaçant par ses pratiques pirates et contrebandières les mers du Sud. Aussi, les Qadjarides, vestiges humains de l'ancien Empire Qadjaride, nomades communautaires rejetés en exil permanent parsèment les routes de cet Ancien Monde.

Les Origines d'Esperia

C'est dans ce monde tourmenté, depuis la Capitale décrépie de l'ancien Empire Central, que Gonthier d'Hubrissain, un noble capitalin, avait découvert dans de vieux récits l'histoire oubliée de terres au-delà des mers. Il fit un pari, un pari d'espoir, et engagea les restes de sa fortune pour affréter un navire caroggian, l'Esperia.
Pour l'équiper, il recruta ce que la ville pouvait receler de fous, de coquins, d'hommes et de femmes prêts à partir sans la moindre certitude d'un lendemain heureux. Un équipage fou pour une folle aventure.

Après une longue traversée, l'équipage épuisé et éreinté finit par trouver la fameuse terre promise. Le navire s'y échoua et les marins s'installèrent, explorant cette terre étrange.

La terre ne fut pas tendre avec eux, ne laissant que quatre survivants parmi l'équipage : Onow Orhum, Louis Lindèn, son oncle Maximus et Gontrand Maztium.

Les quatre décidèrent alors de désobéir à leur employeur. Au lieu d'informer Gonthier d'Hubrissain, ils utilisèrent les pigeons voyageurs qui avaient été emmenés afin de contacter certains de leurs amis afin qu'ils amènent des colons dans cette terre nouvelle avec la promesse d'une vie nouvelle.

Cette terre ne serait pas un nouveau bourrelet de l'obèse noblesse capitaline, elle ne serait pas la sujette des puissances décadentes de l'Ancien Monde. Elle serait une promesse d'espoir, une maison pour les déracinés. Elle serait Esperia.

La Vie à Esperia

Malgré sa petite taille, la ville possède plusieurs quartiers aux architectures différentes, marque de la diversité culturelle de ses habitants. La ville , s'articule autour du Centre-ville, bâti à l'origine au dessus de la mine d'or d'Esperia, et centre des institutions de la ville. La grande place centrale, où se produisent banquets, discours publics et exécutions est surplombée par la grande verrière et le clocher du monastère.

A l'est, au fond de la baie d'Esperia, se déploie la belle Rivelame. La côte jonchée de bâteaux et de jetées est surplombée par de larges maisons en pierre de taille. Sur le côté sud de la baie, le quartier est connu pour ses grands manoirs surplombant une grande étendue de champs qui s'étale au pied de l'iconique Moulin de l'Espérance. Les rues du quartier portuaire sont chaleureuses et tranquilles et régulièrement bondées lorsque des bateaux arrivent pleins de richesses et de nouveaux espériens.

A l'Ouest, dans les terres, se situe Adobe, l'inspirateur de mille rêve et le destructeur d'autant. Le quartier tout de briques et de bois sombre est parcouru d'une multitude de petites ruelles et de canaux. On y trouve une multitude de divertissements, un théâtre, des thermes, une arène... Un pont permet de quitter Esperia en direction des mines, des forêts et de grands champs irrigués par large un moulin à eau.

Au sud, le Quartier Ouest, quartier de culture et de loisirs connu principalement pour son lac et le manque total de sens de l'orientation de ses fondateurs. De nombreux commerces se trouvent aux pieds de riches habitations en grès. Le quartier est bordé d'un somptueux parque en bord de lac et faisant face à une vaste pépinière.

Enfin, au Nord, coincé entre Rivelame et Adobe, on peut trouver le Sans-Fond, une vaste crevasse aménagée initialement par quelques habitants pris de folie. Ghetto d'esclaves et de fous, conquis par la suite par des Qadjarides désireux d'isolement au sein de la vaste cité, le sans-fond est le lieu de bien des activités, certaines légitimes, d'autres moins.

La Politique à Esperia

Esperia, depuis sa fondation en 511 est tout particulièrement agitée. Ses lois et son régime politique ont changés à de nombreuses reprises, parfois suite à des élans de radicalisme, ou simplement pour cause d'instabilité politique.

Dans ce petit univers bruissant d'activité, des forces politiques, économiques et sociales se sont formées. Les espériens, dés l'origine, se sont rassemblées en grands groupes influents. Pourtant non-liés par le sang, ils ont fondé leur propre famille. Ces familles ont commencé à se doter d'idéaux, de règles, de modes de fonctionnement et surtout d'objectifs. Elles ont conquis les trois quartiers originels. Les Hersatz prirent Adobe, rêvant de prospérité et de liberté. Les Spiritueux, ceux qui prouvèrent que la douce chaleur de la foi et celle plus taquine de l'alcool peuvent donner de puissants résultats, conquirent le Quartier Ouest (ce qui peut expliquer son nom diront certains). Enfin, les Tharkanes prirent Rivelame et firent leur preuves dans le domaine de la politique, faisant régner l'ordre et la loi de l'argent sur Esperia.

Par la suite, les familles originelles perdirent lentement de leur prestige et ne sont aujourd'hui que souvenirs et traces écrites. D'autres familles sont nées ensuite, avec chacune leur idée de ce que devait être Esperia ou parfois simplement comme moyen de vivre tranquillement en communauté.

Entre grande instabilité et relative tranquillité, Esperia restera toujours une ville mouvante. De nouvelles puissances se forment chaque jour, des alliances se créent, des complots sont fait dans de sombres ruelles. La ville change au rythme de ses habitants.

L’Économie

Esperia est une simulation de société et de vie. Pour cette raison, nous avons tout fait pour que l'économie soit viable sur le plan du jeu mais qu'elle ne se résume pas à du pure gameplay. Nous voulons que le métier soit tout autant un sujet de roleplay que la romance, la politique, la religion, l'amitié, la vengeance, la rédemption, la misère, la richesse et les mille autres facettes possible du roleplay.

Tout d'abord, nous avons instauré un système de compétences et de "métiers" permettant d'éviter une trop grande versatilité des personnages. Pour survivre il faudra donc se procurer de la nourriture, s'en remettre à la garde pour se protéger (ou à des individus aux services moins légaux), se vêtir chez un couturier, se distraire en visitant les tavernes ou artistes locaux et acheter ou faire bâtir sa maison... Tous ces commerçants et artisans, eux, doivent se fournir auprès de mineurs, de chasseurs, de bûcherons et autres fournisseurs.

Ensuite, nous avons conçus un système ouvert et flexible pour que chaque joueur puisse rendre son activité la plus vivante possible. Nous encourageons le réalisme et l'approfondissement des métiers en fournissant des guides pour aider les joueurs et des outils permettant de diversifier les fruits de leur travail.

Enfin, comme dans toute société, l'économie ne se limite pas à fabriquer, manger, se loger et se distraire. Il existe bien des façons de gagner sa croûte, parfois plus complexes, parfois plus fourbes, parfois en passant par des chemins moins évidents. En usant d'intelligence, on peut aller bien loin à Esperia.

Le Serveur

Fort d’une équipe de développeurs dévoués, le serveur Esperia dépasse largement les limites imposées par le jeu Minecraft : chuchotez, criez, agissez, regardez défiler les saisons, crochetez des serrures, chassez le sanglier, faites de l'apiculture...

Une multitude d'objets exclusifs, de mécaniques de jeux, d'optimisations ainsi qu'un graphisme cohérent et agréable viendront enrichir et compléter votre expérience Roleplay.

L'équipe, quoique bénévole, est très active et impliquée et fera son maximum pour vous assister, que ce soit en cas de problème, ou si vous voulez organiser un vol, une expédition, ou un quelconque événement.

NOTE : L'image du concours de screenshots remplacera celle-ci.

La communauté de joueurs, après jusqu'à cinq ans passée ensemble, est soudée et accueillante. N'hésitez pas à venir parler avec nous sur Mumble ou simplement sur notre forum.

Artworks généreusement mis à notre disposition par : VitoSs (www.facebook.com/cyborkart), artcobain, 0BO, Kurobot (http://kurobot.blogspot.cz) et guantama.