Utilisateur:Astragor

De Wiki'speria
Aller à : navigation, rechercher


Vous consultez la fiche d'un personnage absent d'Esperia.

200.png

Informations RP
Nom Astragormail-icon.png
Sexe Homme
Année de naissance
Rang Habitant
Famille
Métier
Métier Joaillier
Compléments
Origines
Nation d'origine Nation Adaarionne
Informations HRP
Login Minecraft Antrezede
Prénom IRL Anthelme
Âge IRL 16



Description

Astragor est à première vue un homme proche de la quarantaine calme et posé, et si on cherche à découvrir qui il est de plus près on découvre un homme passionné et fort de ses convictions. De par ses longues années d'études dans les grandes bibliothèque de Golvandaar, Astragor est devenu un être extrêmement cultivé bien qu'il ait garder en lui un niveau de langage proche du familier qu'il tient des ses parents qui ressort toutes les fois où il se trouve en colère, ce qui est chose très rare. Par la patiente qu'il a acquit durant ses longues années de joaillerie Astragor prend toujours les problème avec un calme et un recul rendant son avis quasi objectif Son passé dans un monastère situé à Golvandaar fait de lui une personne pieuse pratiquant le culte d'Arbitrio. Ses cheveux blond bien que déjà grisonnant et son physique fin marquent son appartenance à la race adaarionne. Il a une peau d'une jolie couleur rose pâle qui est marqué par ses nombreuse mais petite cicatrice qu'il garde de son enfance dans les mines. En s'intéressant de plus près à son visage on observe deux grands yeux brun clair voir gris surplombait par des sourcils épais qui semblait les protéger des attaques extérieur. Il avait un nez fin qui se courber vers le haut au niveau de la pointe. Il avait hériter de ses parents une très belle dentition que ses lèvres rosâtre mettait en valeur. Il avait également laissez poussé un bouc car il trouvait la barbe trop encombrante pour sont travail et la fois où il laissa poussé sa moustache il se retrouva à éternuer toute les deux minutes.

Compétences

Grille Livre et Plume.png Alphabétisation et Calculs : Il a suivi comme la quasi totalité des enfants de son âge l'enseignement obligatoire d'adaarion.

Grille Diamant.png Minéralogie : Astragor a étudier pendant de longues années dans ce domaine dans les grandes bibliothèques de Golvandaar.

Grille Pépite d'or.png Orfèvrerie : Tout comme la minéralogie il l'a étudier pendant ses années d'étude dans les grandes bibliothèques de Golvandaar.

Grille Boussole.png Minutie : Fort de sa longue expérience en joaillerie Astragor est devenu aussi précis que les horloges qu'il a construit.

Grille Marteau en Pierre.png Outillage : Tout comme la minutie son expérience lui a appris à ne faire qu'un avec ses outils.

Grille Tableau.png Créativité : Depuis sa jeunesse Astragor a l'esprit créatif.

Amis déclarés

Aucun pour l'instant.

Ennemis déclarés

Aucun pour l'instant.

Connaissances

Aucune pour l'instant.

Histoire

RP libre

Un jour en rentrant au village, Astragor sentit que quelque chose venait de se passer, personne ne se baladait dans la rue principale et un silence de mort pesé. Il se mit alors à courir le plus vite qu'il pouvait chez soit pour fuir ce calme dérangeant. Il ouvrit la porte et c'est alors qu'il vit le cadavre de ses parents égorgé, effrayés il prit la fuite les larmes sur les joues et, ne sachant toujours pas pourquoi, prit Chance qui traînait à côté de la porte. Il erra pendant plusieurs jour dans la nature mangeant ce qu'il trouva et qui semblait comestible. Il ne savait pas où aller ou ce qu'il allait devenir jusqu'au jour où il trouva une route avec une pancarte où il était écrit « Golvandaar ». Astragor n'avait eu quasiment aucune éducation mais ses parent l'avait appris le peu qu'ils savaient de la lecture. Au moment où il finit de déchiffrer ce qui été écrit il fut renverser par le chariot d'un moine qui été en chemin pour la ville. Il se réveilla deux heures plus tard dans un des monastère de Golvandaar au côté du moine qui l'avait renversé plus tôt. « Où suis-je ? Et qui êtes vous ? » « Je ne suis qu'un moine du culte d'Arbitrio et tu te trouve actuellement dans l'un de nos monastère en plein cœur de Golvandaar, jos Arbitrio haluaa tu n'a rien j'ai cru t'avoir tuer tout à l'heure. D’ailleurs quel est ton nom petit ? » « Astragor » «  Et où sont tes parents ? ». Les yeux d'Astragor devinrent humides et se mit à pleurer, cela faisait plusieurs jour qu'il garder ce qui c'était passé pour lui et laissa ses émotions l'emporter « Mort monsieur, tués par je-ne-sais-quoi, dès que je les vu j'ai fuit mon village » « Il y a eu récemment des attaques de bandits dans la campagne, je suis navré pour tes parents mais tu a eu de la chance de ne pas avoir été présent à ce massacre. Quoi qu'il en soit tu est sous ma protection désormais mais je doit en savoir plus sur toi. Commençons par le commencement, quel age as-tu ? » « Huit ans monsieur » « est-tu déjà aller à l'école ? » « Non monsieur, mes parents m'ont envoyé dans les mines il y a trois ans je crois » « Et moi qui pensais que cette pratique avait été définitivement abolie depuis des années. Ne t'inquiète pas je ferais en sorte que tu rattrape ton retard. En attendant repose toi un peu, ce soir je te présenterai au monastère. » « Monsieur comment-vous appelez vous ? » « Porlon ».

Vingt ans c'étaient passés, Astragor était en train de de mettre en place les derniers préparatif pour ce qui allait être son plus long voyage. Au moment où il allait finir de ranger ses derniers outils la porte s'ouvrit. « On m'a dit que tu partait demain, tu aurait pu me prévenir tout de même ! » « Je le sais, j'aurais dû te le dire plus tôt mais je ne voulais pas que tu t'inquiète pour moi. » « Ce serait tout de même la moindre des choses pour celui qui t'a recueillis et élevé ». Astragor n'aimait pas voir celui qu'il considérait comme son père s'énerver contre lui il rangea le reste de ses affaires et répondit « écoute Porlon je comptait te le dire ce soir au dîner. Mais bon puisque tu est là je suppose que tu veut savoir pourquoi je quitte le monastère après tout ce temps. » « Puisque nous y sommes et que tu y semble disposé je ne vois pas pourquoi je refuserai ». « Comme tu le sais j'ai terminer mes études en minéralogie et orfèvrerie il y a déjà trois ans et j'ai commencé à en faire mon métier » « Tu ne m'apprend rien là. » « Et j'ai récemment mis en place une association pour réussir à éradiquer le fléau que sont les enfants mineurs » « D'ailleurs tu à fait entendre parler de toi sur ce coup. Mais quel est le rapport entre ton départ et cette association ? ». « Il se trouve que j'ai trouvé un gros contrat à Caroggia. Et, histoire d'accélérer mon choix, j'ai reçu de nombreuse lettre de menaces venant de corporation plus que louche. J'ai donc décidé de partir pour Caroggia au plus vite » « Je ne pensais pas que tu leur ferais si peur. Mais que va-tu faire de tout ce que tu a ici ? » Astragor n'ayant pas pensé à cet aspect des choses prit un certain temps avant de répondre, puis il y eu une ce qu'il considérât à ce moment comme la meilleur option envisageable « Pendant mon absence tu pourrait t'occuper de ce que je laisserai derrière moi et pour l'association tu mettra en œuvre les directive que je t'enverrai ». Porlon envisagea l'idée puis accepta sans autres formes de débats. Astragor semblait fin prêt à quitter son foyer et pour la première fois depuis longtemps il repensa au jour où il quitta son village.

RP au marché

« Venez achetez mon poisson ! Il est frais mon poisson ! » « Il est pas frais ton poisson ! » « Tu veut voir si il est pas frais ?! ». Tel était le spectacle que contemplait Astragor chaque matin depuis dix ans déjà. Dès son arrivé à Caroggia il avait pris plaisir à regarder ce qu'il considérait comme la meilleur pièce comique qu'il n'ai jamais vu. Cela l'aidait à oublier les problème du quotidien pendant quelque minute et aujourd'hui il en avait plus besoin que jamais. Il tira une lettre de sa poche qu'il avait reçu plus tôt ce matin et la relu une nouvelle fois « Astragor Glacendre je n'ai désormais plus recourt à vos service de joaillier, votre contrat et notre collaboration prennent donc fin aujourd'hui même, merci de votre compréhension ». Et pour achever ce qui semblait être une des pires journée de sa vie il reçu pour la énième fois une lettre de menace lui disant de dissoudre son association au risque de se faire tuer et pillé et violé mais peut-être pas dans cet ordre, en réalité il se moquer bien des détail depuis le temps qu'il en recevais il connaissais la chanson. Maintenant qu'il n'était plus sous contrat il se demanda ce qu'il pourrait bien faire pour continuer à gagner sa vie correctement, certes il lui restait suffisamment d'économie pour tenir encore de nombreuses années, mais à quoi bon survivre quand on peut vivre ? La joaillerie n'était pas seulement un métier pour lui mais une passion. Qu'il arrête de créer ses bijoux semblait pour lui la pire punition qui soit, après la mort bien sûr. Aujourd'hui il avait pour objectif de trouver une petite échoppe pour pouvoir vendre ses bijoux au marché. Après un aller et retour de la grande avenue il trouvât quelque coins intéressant et décida de les inspecter de plus près. Entre deux de ses futurs échoppe, il s'arrêta pour regarder les quelques pierre précieuse que vendait un marchand. « Vous pouvez m'en fournir cinquante de chaque pour mon prochain voyage je vous en offrirai une bonne somme » dit un homme se trouvant à sa droite. « Pardon ? » « Vous êtes dur de la feuille ou quoi je vous demande cinquante exemplaire de chacune de vos pierre présentée ici », Astragor semblait autant surpris que le marchand « Qui pourrait utiliser autant de pierre précieuse ? » se demandait-t-il et c'était sans doute ce que le marchand se disait également. Pendant qu'Astragor était en train d'imaginer quel merveille il pourrait fabriquer avec autant de joyaux, le marchand sortit de sous son étalage deux coffres de taille moyenne et les ouvrit sous les yeux ébahit d'Astragor et de l'acheteur. Dans ces coffres se trouvait des compartiments dans lesquels se trouvait une multitude de pierre classé par type. Mais cette émerveillement pris très vite fin lorsque l’œil expert d'Astragor découvrit la supercherie, au moins les trois quart du contenu du coffre n'étaient en réalité que du verre taillé et il n'hésita pas à faire part de sa découverte « Et vous comptez vendre votre verre taillé à quel prix ? » « Monsieur je vous prix de ne pas écouter ce grossier personnage qui n'y connaît absolument rien, ce sont des pierre de grande qualité taillé et poli par mes soins » dit le vendeur. Voulant argumenter ses propos Astragor prit une des pierres qui ressembler à du diamant et le jeta par terre, l'objet se brisa aussitôt qu'il toucha le sol et Astragor dit « Sachez monsieur que ce grossier personnage qui n'y connaît absolument rien comme vous dîtes à fait vingt années d'étude en minéralogie dans les grandes bibliothèques de Golvandaar sur ce je vous souhaite de tomber sur des acheteur tout aussi instruit que moi et bonne journée ! » sur ces mots Astragor se tourna et repris son chemin dans la rue marchande. « Attendez ! » dit un homme derrière lui, c'était celui qu'il venait de sauver de cette arnaque. « Vous venez de sauver mon argent et je tenait à vous remercier. Et vous semblez vous y connaître dans le domaine des pierre et si ça vous intéresse j'ai un travail pour vous. Voyez vous je suis un marchand itinérant et je comptait me spécialisé dans le commerce de pierre précieuse avec le profit de mes anciens voyage et il me faudrait quelqu'un comme vous pour éviter les arnaques comme celle-ci ». Astragor envisageais l’idée, il trouvait qu'elle pourrait devenir un peu répétitive mais qu'au moins il pourrait continuer à gagner sa vie et avec un peu de chance toujours fabriquer ses bijoux, et les voyages lui changeraient un peu de Caroggia. Il accepta alors la proposition et le marchand le laissa une semaine pour se préparer au voyage et lui donna rendez-vous au porte de la ville à huit heure car comme il l'a dit lui même « Le monde appartient à ceux qui se lève tôt ».

RP sur les raisons d'esclavagisme

Une semaine s'était passé depuis la rencontre entre Astragor et son futur employeur. Il n'avait amener avec lui que ses outil de joaillerie et Chance et une bourse avec quelque pièce mais « cela devrait suffire » se disait-il. Il retrouva comme prévue à l'entrée de la ville son futur employeur et le chariot qui allait leur servir de moyen de transport durant leurs prochains voyages et encadrer de deux gardes, sans doutes pour prévenir des attaques de bandits. « Ah vous voilà enfin,cela fait depuis une heure que nous sommes prêt et nous vous attendions. Je ne pense pas avoir fait les présentation. Je m'appelle Kurl Multar comme je vous l'ai dit la semaine dernière et les deux gardes que voyez s'appellent Cofus à gauche et Wolt à droite, comme vous avez dû le remarquer ils sont suffisamment équipé pour repoussé des bandits qui s'en prendrait à nos marchandises. J'espère que vous êtes doué en équitation car, à part si vous voulez partagez un votre siège avec l'un des coffres, vous allez devoir monter sur un cheval. », Astragor n'ayant vu cette animal que très rarement il préféra s’asseoir entre les marchandises. Dès qu'il fut installer le voyage commença. La route été encadrer par des grands plaines plates sur lesquels on trouvait ici et là des arbres qui avait décidé d'y faire domicile. Kurl profita du moment pour faire connaissance avec Astragor. « Alors comme ça vous venez de Golvandaar ? » Et oui comme je l'avais dit au marchand l'autre jour, j'ai fait vingt ans d'étude en minéralogie et en orfèvrerie dans les grandes bibliothèques de Golvanddar ». « Et vous faisiez quoi avant ? Que je vous embauche ? ». « J'étais le joaillier personnel d'un des plus riches hommes de Caroggia. « Et pourquoi vous avez arrêter votre travail ? » « Je ne l'ai pas décider, je pense qu'il trouvait qu'il avait suffisamment de bijoux pour le reste de sa vie et mit fin à mon contrat ». Pendant ce temps là à une centaine de mètre d'eux, trois hommes se trouvaient à l'ombre d'un arbre. Les trois hommes été vêtu d'une tenue de chasse d'un vert semblable au feuillage des arbres environnant et une cape marron, qui faisait également capuchon et portaient au ceinturon un sabre. Ils semblaient être des professionnels de la chasse mais trop bien équipé pour que ce soit la chasse à l'animal. « Alors ? » dit l'un d'eux en s'adressant à l'un de ses confrères qui venait de revenir d'une reconnaissance un peu plus tôt. « Il semble bien qu'il s'agit de l'homme que nous recherchons » « Quand même sa semble un peu trop facile » dit le troisième, « Il a deux garde avec lui » « Chouette y auras un peu de résistance mais rien qui puisse nous arrêter. Hein les gars ! ». « Vous savez qu'ils sont toujours en train d'avancer pendant qu'on papote ? » sur ce les trois mercenaires reprirent leur filature. L'heure du déjeuner été arriver, Kurl proposa alors de s'arrêter prêt d'une petite clairière à l'abri du soleil et au moment de servir le repas trois hommes surgirent de la forêt les encerclant. « Qui êtes vous ? » demande Kurl dans sa surprise. « ça ne se vois pas ?!, se sont des brigands qui en veulent à nos marchandise ». Les gardes été déjà en formation autour de la carriole et furent très vite rejoins pas Kurl et Astragor. Mais les ennemis s'approchaient à grand pas et en une poignée de seconde ils se retrouvent à bout portant des deux gardes. Une bataille violente s'engagea alors entre les protecteurs de marchandises et les mercenaires. Wolt fut celui qui engagea l'assaut, il essaya un coup d'estoc à son adversaire puis de coup en transversal mais aucun d'eux ne toucha la cible. De son côté Cofus qui été inférieur en nombre se contentait de parer les attaques des assaillant et été aidé par Kurl qui jetait ses pierres les moins précieuses sur leurs ennemis. Astragor lui ne sachant que faire et se contenta de tenir fermement Chance au cas où la bataille tournait mal. Mais l'avantage en nombre et l'expérience des trois attaquant mit fin très rapidement au combat laissant simplement les deux gardes évanouit. Puis celui qui semblait être le chef s'adressa à Kurl « Nous cherchons un homme du nom d'Astragor Glacendre et nous savons qu'il se trouve ici, donnez le nous immédiatement et nous épargnerons vos vie et votre marchandise ». Kurl n'hésita pas longtemps sur le fait de donner son récent employé contre sa propre vie et celle de sa cargaison et accepta l'offre quasi immédiatement. Astragor se sentit trahi et se mit aussitôt à courir pour s'échapper mais ses ennemies été jeune et entraîner et il se fit rattraper en en très peu de temps. Chance qui avait jusqu'ici été une allié fidèle ne pu rien faire pour empêcher Astragor de se faire capturer. Les mercenaires assommèrent Astragor et disparurent comme ils été arrivés. Astragor se réveilla enchaîner prêt d'une embarcation entouré de ses trois agresseurs. « Alors tu t'est enfin réveillé ?. T'a pris tellement de temps à te réveiller que j'avais cru frapper trop fort tout à l'heure. » « J'ai besoin de réponse, pourquoi m'avoir capturer, et qu'est-ce que vous allez faire de moi ? » « Ben nous on est que des mercenaires qui avons eu pour missions de te capturer, on est pas censé te le dire mais puisque de toute façon la où tu vas ça ne changera rien c'est une des corporation que tu combattait avec ton association qui nous à envoyer, ils nous ont dit de te tuer mais comme on est des gars plutôt sympa on t'a vendu comme esclave histoire que toi tu puisse plus leur faire de mal et que nous on gagne un petit pécule supplémentaire. Et avant que j'oublie ils nous avaient dit de te donner ça avant de te tuer mais comme tu semble pas être en mesure de la lire je vais te faire un petit résumé. En gros sa dit que ton pote Porlon a été assassiné par nos employeur et que par conséquent ton association n'était plus une menace pour eux. » Astragor ne savait plus quoi pensez, il allait devenir esclave et celui qu'il considérait comme son père à été assassiné par sa faute, il chercha le réconfort dans la seul chose qui pouvait lui en accordait. « Chance!Où est Chance ? » « Tu parle de ton bâton là ? Tu a de la chance qu'il a aucune valeur marchande sinon on l'aurait vendu depuis belle lurette mais il est toujours avec nous et on va considérer que l'argent qu'on a piqué dans ta bourse suffira contre ton bout de bois. Tient prend le si il t'est si précieux. Nous on va y allez car le bateau est su le point de partir. Salut ! ». Et enfet qulque minute plus tard Astragor embarqua dans le bateau ne sachant pas où il allait débarquer.

Son voyage ne fut pas réellement rude, il avait un lit de paille pour dormir et les esclaves été pour la plupart enfermer dans la cale et ne sortait qu'une fois par jour mais cela ne lui posa pas de gros problème. Seul la nourriture était le défit à relever quotidiennement mais la présence de ce qui été désormais la seule chose qui lui rappelait son ancienne vie le rassurer et lui donna le courage de surmonter le trajet.