Utilisateur:Ambroise de Nogaret

De Wiki'speria
Aller à : navigation, rechercher



Vous consultez la fiche d'un personnage reparti dans l'ancien monde.

200?ext=.png

Informations RP
Nom Ambroise de Nogaretmail-icon.png
Sexe Homme
Année de naissance
Rang Habitant
Famille
Quartier Ouest
Métier
Métier Apothicaire
Compléments
Origines
Nation d'origine Nation Adaarionne
Informations HRP
Login Minecraft Atogadp
Pseudo Ambroise


Description

Physique

Âgé de 25 ans environ, Ambroise de Nogaret est un homme de taille moyenne, aux traits fins et au regard vif, la barbe déjà grisonnante, le visage déjà meurtri par les tourments d'une vie de fuite incessante. Il semble plus vieux qu'il ne l'est en réalité.


Il porte désormais une bure simple. Depuis son départ d'Esperia, la broche en argent sertie d'un diamant taillé en forme de mont adaarion, signe de la charge d'Apotti, n'y figure plus.

Ambroise au moment de son esclavage

Traits de caractère

Ambroise peut sembler incohérent à ceux qui conversent avec lui, car prompt aux ellipses, à l'interruption de son discours, aux sous-entendus etc. A vrai dire, il est aussi bien en quête de sens que capable d'assumer des propos apparemment contradictoires. Il peut néanmoins s'efforcer de parler le plus clairement et le plus précisément possible. Capable d'une grande amitié, assez prompt à pardonner, il est généralement peu bavard à moins de s'enflammer quand un sujet lui importe. Doué d'éloquence, de vivacité intellectuelle, il montre peu de respect des convenances établies s'il n'a pas pleinement compris leur fondement ou leur utilité ou s'il les juge nuls. En général discret, ses propos n'en sont pas moins bien souvent provocateurs. Du moins c'était le cas avant qu'il n'accorde grand mérite au silence et, devenu plus prudent, grande utilité au secret.

Compétences passées

  • Grille Livre et Plume.png Alphabétisation et calcul
  • Grille Montre.png Connaissances scientifiques
  • Grille Tableau.png Créativité
  • Grille Boussole.png Minutie
  • Grille Poche d'Encre.png Dessin
  • Grille Carte.png Survie

Aptitudes actuelles

  • Grille Livre Écrit.png Education - Adaarion d'une famille aisée, moine, Ambroise a reçu une éducation solide.
  • Grille Fiole.png Apothicaire - Ses aptitudes en la matière ont trouvé à se développer durant son récent séjour sur le continent, particulièrement grâce au jardin de son monastère.
  • EmbGHura.pngLangue Hura - Son long passage dans les abbayes huras lui a permis d'apprendre la langue.
  • Grille Plume.pngArt(Loisir) - Il a développé un goût et un certain talent pour l'ornement de manuscrits et l'enluminure.
  • EmbNAdaarion.png(+1) Connaissances religieuses et théologiques - Son instruction, ses travaux et son rôle de moine ainsi que sa fréquentation des deux formes du culte d'Arbitrio lui ont permis d'acquérir de solides connaissances en théologie.

Histoire


L'histoire de son errance spirituelle débute lorsqu'il choisit, ses dix-sept ans révolus, de devenir moine.


Après avoir étudié avec soin les arts libéraux, il entama donc son apprentissage en théologie et parcourut avec avidité non seulement les textes, les auteurs et commentateurs de référence, les doctes révérés, mais encore quelques écrits mineurs dont certains étaient interdits par les Apotti ou diverses ordonnances.

Passées quelques années ponctuées d'écarts mais où il se montre généralement un Monachiste dévoué, il est ordonné moine avant d'être nommé lecteur, habilité à donner des cours. Son caractère irrévérencieux lui vaut pourtant l'attention de ses supérieurs qui y voient des signes inquiétants, et les rumeurs concernant les lectures qu'il aurait faites ainsi que les manquements au dogme qu'il aurait commis finissent bien vite par remonter à la surface. Encore jeune, impertinent, il n'hésite pas, en effet, à critiquer les convenances et les normes qu'il juge dénuées de fondement, allant jusqu'à qualifier l'organisation monachiste, à divers niveaux, de carcan brimant l'exercice de la pensée, et de la foi. Face à la menace d'une enquête, il choisit avec prudence de quitter son monastère pour se rendre dans un ermitage des Marches afin de se faire oublier pour un temps. Il en profite pour parfaire sa connaissance des textes et se livre à la contemplation et à la réflexion. On ne sait si c'est un effet de sa première fuite face à l'agitation des autorités religieuses ou l'influence de l'âge, mais il semble, aux yeux de ses contemporains, s'assagir.

Peu à peu, à travers l'adversité mais aussi la rencontre de gens qu'il estime et au contact desquels il s'enrichit considérablement, Ambroise devient celui qu'il est. S'il mène une vie calme au sein de l'ermitage, sa participation aux débats théologiques se poursuit par lettres et quelques uns de ses premiers écrits commencent à circuler, sous pseudonyme, toujours empreints d'opinions sulfureuses et profondément originales.

Séparateur.png

Un beau jour, la nouvelle lui parvint qu'une instruction pour hérésie avait finalement été ouverte à son encontre. Le temps de réunir quelques affaires, il fuit la région et abandonne l'habit de moine.

Apostat, fugitif, il se voit contraint de parcourir les routes sans s'arrêter longtemps où que ce soit, dormant à la belle étoile, vivant d'aumônes, s'endurcissant. Son ascèse se poursuit certes, mais d'une tout autre façon. Tant bien que mal, il remonte l'Heilmid, et, évitant avec soin la région de ses origines où il risquerait de faire de fâcheuses rencontres, il atteint Roskilde.

Un choix dangereux, peut-être, mais il juge qu'il est peu probable qu'on connaisse son visage ou même qu'il soit activement recherché, aussi loin de l'ermitage où il résida ces derniers temps, quand son seul tort est, après tout, d'avoir manqué de prudence. Roskilde, c'est aussi ce foisonnement propre à l'interface entre les deux grandes religions d'Arbitrio, ce fourmillement de moines encapuchonnés au milieu desquels il est aisé de passer inaperçu, et le moyen, pour Ambroise, de devenir phalangiste.

Séparateur.png

Roskilde, les cloches sonnent l'heure des Laudes, les rues, emplie des pas et du doux murmure de la prière, voient défiler leurs cortèges de moines, d'innombrables bures marron, tuniques pourpres et autres dalmatiques claires barrées de chasubles somptueuses qui cheminent en tête. Ambroise s'efface contre un mur pour laisser passer la procession qui s'avance et arrive sur une place baignée de lumière, où un nouveau spectacle s'offre à lui.

Loin de la splendeur silencieuse des offices, des étals rivalisent de couleurs, de saveurs et d'odeurs, présentant mille produits aux badauds. Enfonçant un peu plus sa capuche sur son visage pour se protéger tant du soleil que d'éventuels regards curieux, Ambroise s'abandonne à la contemplation de ces richesses sensuelles, dons d'Arbitrio. Il s'émerveille devant la multiplicité qui s'offre à lui, oubliant jusqu'aux sollicitations bruyantes des marchands. Tout occupé à ces pensées, il est brusquement rappelé au monde lorsqu'une main se pose sur son épaule, lui arrachant un sursaut.

Il s'agit d'un individu rougeaud et imposant, au rire un peu trop franc, qui s'est mis en tête de rappeler à cet homme qui, à en juger par son apparence, doit être un moine, qu'il est de son devoir de venir en aide aux plus démunis, dont il fait lui-même partie. Comme au réveil d'une nuit trop courte, Ambroise met quelques instants à comprendre la situation, avant de se détourner en marmonnant quelques mots d'excuse. L'homme, habitué à ces manœuvres, lui emboîte le pas et entreprend un cours de charité avec à l'appui des références dont n'aurait pas à rougir un théologien de Kraanvik, du moins si son sang, gelé, le lui permettait. Ambroise, intrigué par cette érudition et ce discours scolastique maîtrisé, interroge l'homme, qui lui répond, à sa grande surprise, qu'il est lui-même un moine défroqué qui s'est, semble-t-il, tourné vers les plaisirs de la chair. Abandonnant toute prudence, il lui confie que c'est aussi son cas, et qu'il cherche à devenir phalangiste car, parmi les critiques de ses supérieurs, on a qualifié ses dires de phalangistes, de sorte qu'il espère pouvoir exercer sa foi plus librement en Grande Huratelon.

L'homme, répondant au nom d'Engus, lui dit qu'il lui était sympathique et même un camarade, partageant un sort semblable, et qu'il avait peut être, chez ses amis phalangistes, le moyen de résoudre ses problèmes. Pour le moment, il l'accueillerait avec joie dans le quartier qu'il occupait avec plusieurs compagnons de fortune.

Tout en devisant sur cette charité dont Engus faisait sa rente, ils délaissèrent la place pour emprunter un dédale de ruelles impassibles et muettes.

Séparateur.png

Après quelques mois passés au sein de ce groupe hétéroclite -mais qu'ils préféraient eux-mêmes qualifier d'éclectique- fait de canailles, clercs, scélérats, marchands et autres pendards, et pendant lesquels il avait pu faire circuler quelques uns de ses textes, Ambroise put enfin entrer dans une abbaye du Gyllendal, sous la coupe de la très dure Phalange Pourpre, où il resta peu de temps et fit un passage au cachot disciplinaire, avant de partir pour une abbaye du Greistal où le personnel religieux, disait-on, se trouvait moins sévère. Modèle d'exemplarité quand il s'agissait de remplir les tâches qui lui incombaient, décidé à se fondre dans la masse des moines phalangistes malgré ses origines et son passé -ce qui ne lui rendait pas la chose facile mais le faisait redoubler d'efforts- il fut d'abord bien considéré.

Mais il ne pouvait s'agir là de l'accomplissement de sa vie, et ses idées finirent bien vite par entrer en contradiction avec le dogme phalangiste ou les opinions prisées du moment. Ses supérieurs s'agitaient et cela ne manquerait pas de parvenir aux oreilles de l'Abbus si Ambroise ne faisait rien. Un soir, un camarade le mit en garde, pointant quelques propos qu'on pourrait croire en faveur du kaaosisme. Il n'en avait lui-même jamais entendu parler que comme d'une dangereuse aberration, et fut fort surpris. Mais, sachant combien cela pouvait le compromettre ou bien être utilisé contre lui quand bien même il n'avait jamais été en contact avec ces thèses du Kaaos, il fit le choix, devançant ses poursuivants, d'abandonner à nouveau son habit.

Il partit s'installer à Kovajest, où il survécut en donnant divers cours et, abandonnant toute pratique théologique publique, se pencha sur des traités civiques et politiques. Il rencontra certaines figures locales qui le pressèrent de s'associer à leurs manœuvres et finit par acquérir une certaine importance politique. Importance suffisante pour qu'on s'intéresse à lui, en bien comme en mal.

N'ayant rien perdu de son caractère provocateur, il s'attira l'inimitié de nombreux Greistaliers, très sensibles quant aux honneurs, aux lois et aux charges de leurs dirigeants, et dut prendre appui sur les associés qu'il s'était faits, le liant un peu plus aux intrigues politiques de la région et rognant l'indépendance qu'il chérissait. Son statut d'immigré, sans attache, quasi-apatride pour certains en firent le bouc-émissaire parfait au sein de la querelle isolationniste. Cela n'était d'ailleurs pas sans servir les intérêts de ses soi-disant compagnons, qui le livrèrent avec joie à l'ire des puissants. On en profita pour exhumer son passé d'hérétique, et c'est ainsi qu'il fut pris et tomba en esclavage, car à quoi bon éliminer un bouc-émissaire, quand on peut en tirer bon prix ?

En Esperia

Relations passées


Walter Andhera

Walter Andhera : Esclave qui sert souvent au monastère, arrivé le même jour qu'Ambroise en Esperia, les deux hommes sont rapidement devenus très proches. Désormais Gardien du monastère.


Fredrik Numminen

Fredrik Numminen : Le moine qui l'a acheté pour le monastère. D'abord dur en apparence, il s'est bien vite révélé juste et compréhensif, et Ambroise a apprécié d'être à son service. Il ne sait trop qu'en penser désormais, quand beaucoup de bruits courent à son sujet, mais qu'il s'est toujours montré bon devant lui.


Stranh

Stranh : Un moine qui lui a d'abord semblé inconséquent mais qu'il apprécie maintenant beaucoup. Il lui a rendu sa liberté et l'a intégré au monastère.


Hollykhan Franzone

Hollykhan Franzone : Le premier contact qu'Ambroise a eu avec Dame Hollykhan est celui d'une délicieuse odeur qui a envahi ses sens, alors qu'elle préparait des biscuits chez le moine Fredrik. Il l'a aidé à la taverne du Chat Noir puis dans ses oeuvres pour le monastère, et l'apprécie grandement.

Premier séjour

Mi-Octobre 513, arrivée en Esperia et achat par le monastère.

Fin Octobre : Libération par le Frère Stranh, au monastère, et port de la bure.

Troisième jour de Novembre au soir, Ambroise est élu Apotti régent par une majorité de ses Frères.

Hiver. Peu après, à la suite des troubles politiques, il est régent de la cité pour assurer le maintien de la paix avant la réforme à venir. Dépassé par les événements secouant une cité qu'il n'a guère eu le temps de connaître, il se consacre au rôle de médiateur et privilégie avant tout la paix civile. Il assure la tenue des négociations auxquelles participent Bill Moscaw et Luka Linden et qui mèneront à l’avènement de la monarchie Moscaw. Il siège au premier Conseil Restreint qui désigne Bill Moscaw souverain.

Affecté par les événements et ce qu'il vécut comme une impuissance de sa part, ce qu'il considère comme un échec, Ambroise commença à vivre en retrait. Il considère que la chose publique a fait obstacle à l'exercice de sa vocation monastique, mais sait très bien que c'est le rôle des moines que d'aider le peuple et de le mener à la vertu.

Départ

Au début de l'année 514, il quitte Esperia pour intégrer un monastère adaarion, après avoir rendu visite à sa famille. Il travaille beaucoup aux jardins et développe des compétences d'apothicaire. Il reste silencieux à l'exception de son apprentissage et, bien sûr, du rite, et recherche la solitude. Des mois durant il songe à cette contradiction d'une vie dévouée à Arbitrio et cependant tournée vers les hommes. Il n'omet pas de suivre la production des érudits et l'actualité théologique.

Durant plus d'une année, Ambroise mène une calme vie de moine. Il écrit peu, échange quelques lettres et n'entend guère plus d'Esperia que de lointains échos. Mais à mesure que le temps passe, certains aspects de l'île lui manquent davantage ; elle lui rappelle l'ébullition de Roskilde, d'Engus et de sa confrérie des petites gens. Il réalise qu'elle constitue un défi, une épreuve qu'il doit affronter pour lui-même et pour Arbitrio.

Après quelques semaines supplémentaires, il fait part de sa décision à l'Apothi, qui l'autorise à quitter le monastère pour son voyage. Ambroise a entendu des bruits concernant la difficile situation des communautés monachiste et phalangiste et du culte d'Arbitrio d'Esperia, et a insisté sur la nécessité d'y appuyer le Concordat, dont il est un fervent partisan. Il espère pouvoir résoudre la tension qui l'habite et concilier son aspiration érémitique -qu'il considère garante du droit cheminement dans les pas d'Arbitrio-, l'élan qui le pousse à se mêler des affaires du monde -et qui, craint-il, abrite la graine de l'orgueil- et l'exigence pastorale et de charité qui pèse sur tous les moines.

Retour

A la mi-décembre 515. Ambroise reprend pied sur l'île et en profite pour sauver le vieux Frangule de la noyade. Accueilli courtoisement par les phalangistes, notamment Khoratan Nemeris, il prend connaissance de la situation d'Esperia. Il rencontre la novice Viivi qui lui fait visiter la ville, apprend les événements récents et retrouve Azer Merilio. Il rencontre aussi la novice Fanny, ambitieuse et énergique, mais dispersée. Fait la connaissance de plusieurs adaarions. Ambroise devient l'aumônier de la communauté monachiste, étant le seul moine véritable actif sur l'île.

Tout semblait se dérouler calmement, mais à la fin du mois Esperia lui rappela qu'elle était Esperia. Une cérémonie funèbre fut interrompue en pleine commanderie, et le sang faillit couler. Ambroise assiste à une escarmouche dans le dispensaire, et soigne comme il peut un jeune esclave blessé, du nom de Sernobel. Dame Tahnya Enemÿs lui amène sa fille adoptive, Selena, pour lui parler. Devant son refus de s'ouvrir, son insolence et son manque de discipline, la décision est prise de la garder à la commanderie comme pupille monachiste. Après diverses péripéties, elle parvient à s'enfuir. Elle est retrouvée par la garde, ramenée à la commanderie, on lui passe les chaînes. Diverses personnes se pressent, soucieuses de son avenir.

Citation1Amb.png


Signature-Ambroise.png