Utilisateur:Piokatra

De Wiki'speria
Aller à : navigation, rechercher

Piokatra


Border2px.png




Vous consultez la fiche d'un personnage absent d'Esperia.

200?ext=.png

Informations RP
Nom Piokatramail-icon.png
Sexe Homme
Année de naissance
Rang Habitant
Famille
Quartier Rivelame
Métier
Métier Ingénieur
Compléments
Origines
Ville d'origine Bilaburst
Nation d'origine Royaume Central
Informations HRP
Login Minecraft Piokatra
Pseudo Piokatra
Prénom IRL Colin
Âge IRL 15


Description

Jeune homme âgé de la vingtaine. Simple paysan au départ, il suit une formation en ingénierie au sein de l'équipage qui l'a recruté. Ses expériences au sein de celui-ci ne tournant pas forcément au mieux, il porte maintenant en permanence une combinaison de cuire ainsi que moult accessoires qui lui ont été confisqués lors de la mise en esclavage.

Compétences

Depuis qu'il a mis à jour cette passion pour la poudre rouge, il lui a semblé avoir eu toujours cela au fond de lui. Il essaie de se perfectionner au mieux dans le domaine dans l’espoir d'être un jour reconnu pour ses talents.

  • Grille Alambic.png Connaissances scientifiques: Son insatiable besoin de connaissance l'a conduit à étudier chaque page des livres de la bibliothèque de l’embarcation.
  • Grille Cisailles.png Minutie : La pratique répété de la réalisation des systèmes de rougepierre lui a permis de développer une certaine minutie.
  • Grille Livre Écrit.png Alphabétisation et calcul: Son maître était certes un peu dérangé mais lui a tout de même permis de d'apprendre les bases.
  • Grille Vieille Botte.png Agilité : Merci Maman!


Qualités

  • Obéissant : Quelque soit la tâche, Piokatra mettra le reste de côté jusqu'à l'accomplissement totale de sa mission.
  • Souriant : Malgré son tempérament solitaire, Piokatra ne se retiendras pas de sourire aux gens qui l'abordent.
  • Loyal : Déjà qu'il ne sympathise qu'avec très peu de personnes, autant rester dans les meilleurs termes possibles avec eux.

Défauts

Son principale défaut, véritable handicap est sa timidité maladive. Il n'engagera jamais la conversation sauf si la situation l'exige. Il préfèreras s'enfermer dans son coin et développer un début de dépression. C'est aussi un grand poltron de nature.

Intérêts culturels et goûts

Piokatra s’intéresse beaucoup aux nombreux évènements qui rythment la vie de la cité. Il espère pouvoir y faire de nouvelles connaissances et peut être de nouveaux amis. La pratique de langues étrangères ainsi que le culte d'Arbitrio titillent sa curiosité mais il ne s'y ait pas encore penché dessus.

Amis déclarés

Ennemis déclarés

Evénement à Esperia

Son histoire avant sa mise en esclavage

Extrait des écris retrouvés du mousse scribe du navire:

"-Capitaine Yséoh, tout d'abords merci de m'avoir arraché de la mort atroce que me réservaient les noirâtres flots de l'océan. Je voudrais vous conter mon histoire, mon épopée si je puis dire. Celle qui me conduisit jusqu'à vous :" Tout commença une belle matinée de Mai. Je me baladais gaiement sur les quais de ma petite bourgade de Bilaburst admirant les fiers zeppelins prêt à s'envoler vers d'autres horizon (Bilaburste est une petite bourgade construite sur le flanc d'une falaise qui profite de sa structure pour se spécialiser dans l'activité portuaire de machines volantes). Mon plus chère désir était d'un jour monter à bord d'un de ces monstres aériens et de filer loin, loin de tout mes tracas, mes soucis, partir à l'aventure quoi. Malheureusement, mon grade sociale ne me permettait pas de vivre ce genre de voyage. En effet en tant que simple paysan, je ne pouvais seulement espérer qu'avoir moins de travaille dans les champs. Si seulement j'avais su que ce désir fou se réaliserait, et plus vite que prévu. J'étais donc en train de vagabonder à droite à gauche lorsque je surpris une étrange conversation. Ils étaient deux, le premier se tenait sur le pont d'une des embarcations, il portait des bottes en cuirs, une longue cape rouge et son visage était marqué d'une longue cicatrice parcourant son œil droit. Je crus comprendre au file de la discussion qu'il était capitaine. L'autre était plutôt petit, boutonneux et portait des habits de pouilleux. Il venait de se faire éjecté dudit navire, un bon gros coup de pied là où je penses. Ils étaient en train de se discuter pour on ne sait quel raison et le "mousse" venait à priori de se faire virer par le capitaine qui se contenta de dire que le premier gueux qu'il trouverait ferait amplement l'affaire pour le remplacer. Soudain son regard se posa sur moi... La suite des évènement est des plus.....attendues. A peine le mousse partit que le capitaine ouvrant ses bras me proposa chaleureusement de rejoindre son équipage. Je lui répondis évidemment tout penaud que ce serait un honneur et voici qu'enfin mon rêve se réalisait. J'allais partir à l'aventure et découvrir d'autres horizons.


Suite des écris...

Voici capitaine, le début de cette épopée. La suite se passa plutôt bien, au fur et à mesure des voyages je me forgeais une petite réputation, il se trouvait que le mousse que j'ai remplacé était l'assistant du maître ingénieur du navire et je puis maintenant me prétendre expert en rougepierre et autre systèmes plus ou moins détonnant (enfin c'est ce que l'équipage me disait). Je voudrais maintenant m'attarder sur le drame qui nous toucha. C'était un trajet comme les autres, nous devions livrer une sacré grosse commande de bois au chantier d'une ville lointaine. Il faut dire que notre capacité à charger et à décharger plus ou moins tout types de marchandises faisait du transport aérien un service de livraison très sollicité. Nous entamions donc un long voyage ressemblant aux précédents, qui aurait pu se passer comme les précédents mais qui ne se termina pas comme les précédents. Le drame se produisit en fin d'après midi, alors que nous purent assister à un sublime coucher de soleil, un autre élément attira notre attention. C'était une nappe de brouillard qui se dirigeait dangereusement sur nous. Si cela ne suffisait pas, un orage se déclencha à notre pénétration dans l'épaisse brume (pure hasard?). Cela faisait maintenant un bon bout de temps que nous traversions cette brume quand la catastrophe se produisit, tout se passa en deux éclaires. Le premier flash lumineux nous laissa sur une vision démoniaque. Cela se passa très vite mais nous purent quand même distinguer l'horrible bête volant au loin. Son corps était immense s'étirait de chaque côté par un long coup et une épineuse queue. Deux grande ailes étaient attachés à celui-ci. Sa couleur était d'un noir profond, aussi noir que les ténèbres même. Serait-ce un nouveau style de machine? Nous n’eurent pas le temps d'élaborer moult hypothèses. Deuxième détonation, cette fois-ci pas de flash mais un brasier, notre balon était bel et bien en feu ! Je ne pus admirer l'affolement de l'équipage tentant de se battre pour une cause perdu. Nous étions bel et bien destiné à nous crasher ! Je ne réfléchit pas et laissa parler mon instinct de couard, j'ai sauté. Je sais que cela peut paraître débile Capitaine mais j'ai une fâcheuse tendance à réagir précipitamment dans des situations de crises. Me voila donc entrain de tomber vers une destinée plutôt incertaine, la mort sans doute. Je ne puis dire combien de temps suis-je tombé, j’eus juste le temps d’apercevoir l'immensité bleu de l'océan et de sombrer dans l'inconscience. On me secoue, je reprend conscience et j'ouvre les yeux. Je me trouve sur le pont d'un modeste navire, le vôtre. Vous me racontiez après coup comment, après m'avoir vu tomber du ciel tel un ange avec, il faut le dire, moins de prestance, vous m'aviez repêché et vu par chance montrer tout signes de vie."


La suite des écris est illisible, rongé par le feu et l'odeur de souffre...

Si la mer, cette étendu si vaste, au caractère lunatique avait une pensée, elle se demanderait ce soir là d'où vient cette lumière aveuglante alors même que la lune se levait à peine. Dans cette optique, cette interrogation ne resterait pas longtemps dans son esprit, non pas que le mer est idiote non, c'est plutôt que des lumières comme sa, elle en a vu un paquet durant sa vie de...de...mer. Il faut dire que la vie de mer est assez monotone, à peine quelques tempêtes de temps en temps histoire de prendre un peu l'air et c'est tout. Heureusement que ces lumières interviennent. Depuis sa plus tendre enfance de...mer, elle en a vu de toute sorte, des petites à peine perceptibles aux plus grandes, vastes sur des milliers de clapotis! Ces lumière toujours imprévisible, de véritables feu de joie marin auprès desquels la mer peut se sentir réconforté par la chaleur merternel... Je sais ce que vous allez vous dire, cette personne est folle, elle parle à la mer...certes mais là n'est pas le débat. Intéressons nous plutôt à cette lumière. Le savoir actuel n'ayant pas encore recensé de créature cracheuse de flamme par un quelconque procédé gastrique auquel nous ne nous attarderons pas, les brasiers présents de pars les mers ne peuvent être dut soit d'un accident, soit d'un combat. Une étude extrêmement précise du milieu révèlera sans doute les montagnes de corps parsemés de la proue à la poupe, des cadavres aux vêtements déchiquetés, certains entaillés tout le long du corps. La scène décrite jusqu'à présent représente un pillage de la vieille époque, dans les règles de la bonne vieille piraterie. Un détail néanmoins se détache, l'odeur omniprésente de souffre associé aux étranges taches de poudre noir sur les murs, le sol et même les cadavres. Seuls les plus connaisseurs en la matière pourront en ressortir une hypothèse. Nul doute que se trouvait sur le navire un homme maîtrisant l'art de la poudre rouge et des explosifs. Cette maîtrise semble néanmoins plutôt hasardeuse puisque cet homme a fait exploser une bombe au sein même de ce navire, sans doute par accident, répandant du souffre ainsi que de la matière enflammé tout autour. Bien évidemment l'explosion a due sacrément amocher le bateau ainsi que son équipage sans qu'il y ait forcément de mort. Il devient alors évident que le passage infortuné de brigands esclavagistes n'a pas arrangé les choses. Cette hypothèse semble se confirmer de pars le petit papier à peine lisible, bien abimé par les flots sur lequel il est écrit: "Vente d'Esclaves de Gwylonna!".

Et bien vous allez rire, mais c'est exactement ce qu'il s'est passé...