Aneth : Différence entre versions

De Wiki'speria
Aller à : navigation, rechercher
m (màj type)
Ligne 3 : Ligne 3 :
 
  |Texte Image=
 
  |Texte Image=
 
  |Type= Plante aromatique
 
  |Type= Plante aromatique
 +
|Obtention= Aide hebdomadaire
 +
|Obtention2= Agriculture
 
  |Biome= Forêt  
 
  |Biome= Forêt  
 
  |Biome2= Forêt Maritime
 
  |Biome2= Forêt Maritime

Version du 12 novembre 2017 à 14:10

Aneth

Tulipe}}

Informations RP
Type Plante aromatique
Obtention Aide hebdomadaire
Agriculture
Saison Brumaire
Biomes de l'Archipel
Forêt
Forêt Maritime
Forêt Tropicale
Montagne
Plaine
Prairie









Aneth.jpg

Apparence

L'aneth est une plante annuelle à tige lisse, de 80 à 150 cm avec un étalement d'une trentaine de centimètres. Il possède des feuilles vert bleuté, finement divisées, semblables à celles du fenouil. Ce sont ses petites fleurs jaunes qui produisent en fin de saison des graines aromatiques de couleur brun clair.


Feuilles : Récoltez les feuilles régulièrement, avant la floraison, car ce sont elles qui parfument les plats cuisinés. Pour la conservation des feuilles, il est possible de les conserver séchées, mais elles perdent beaucoup de leur arôme. Dans ce dernier cas, rangez les feuilles dans un bocal ou une boîte hermétique après les avoir fait sécher à l'air libre et à l'ombre.


Fleurs : La floraison produit des ombelles terminales à fleurs jaune verdâtre parfumées. Chaque fleur a 5 pétales jaunes et 5 étamines. Pour éviter les semis spontanés, coupez les fleurs au fur et à mesure de leur apparition.


Graines : Les graines sont petites (2,5 mm), ovales, aplaties à côtes proéminentes, de couleur brune ; elles se scindent en deux au séchage et sont matures fin Thermidor. Les graines peuvent être récupérées, en Thermidor, lorsqu'elles sont mûres et avant qu'elles ne tombent, pour faire d'autres semis. Elles gardent leurs facultés germinatives durant 3 ans environ. L'aneth se ressème également spontanément, car il est très prolifique. Les graines peuvent aussi être conservées séchées. Pour cela, coupez toute l'ombelle une fois les graines mûres (elles prennent alors une couleur beige) et suspendez-la, tête en bas, au-dessus d'un tissu pour récupérer les graines qui tombent en séchant.



Etant donné que la plante n’a présenté que des débuts d’expérience hasardeux (peu d’apothicaires/soignants ont joué les RP), elle sera seulement utilisée en tant que plante condimentaire, lorsqu’elle est bien cuite avec son plat. Une mauvaise cuisson pourrait engendrer des problèmes de digestion légers.

Cuisinier : Son arôme délicat anisé, mélange de fenouil sauvage et de menthe, permet d'aromatiser les salades, les soupes, les légumes, les poissons et les crustacés, mais aussi les fromages frais. Enfin, les graines de l'aneth peuvent être utilisées pour aromatiser les liqueurs ou les confitures. On peut aussi les mélanger à la fleur de sel.

Apothicaire : Toute recette est à découvrir par un rp découverte, mais voici une liste de possibilités :

  • Une huile de digestion afin d’aider aux problèmes gastriques.
  • Des graines broyées et mélangées à du lait pour la mauvaise haleine.
  • Une huile essentielle pour soulager les menstruations difficiles et aider à la lactation.
  • Ses graines, en infusion, permettent d'arrêter hoquet, mal de tête et toux des enfants, ainsi que d'aider les problèmes de cœur et de sommeil.

Les feuilles séchées de l'aneth parfument subtilement le linge dans vos armoires.


Découverte par Leoplodine Dewhell

"Ou comment passer d’un végétal à un consommable... "
Croquis d'un plant d'Aneth.

Une autre plante qui eut terminé dans le terreau de la Pépinière si la bedonnante rouquine n’avait pas insisté pour la faire perdurer. Cette plante, trouvée alors qu’elle n’était qu’une prétendue élève à l’école du quartier Ouest, semblait laisser pantoise Leoplodine.


Ne s’en souciant guère en utilité, elle laissa l’herbacée se développer tranquillement au cœur même de l’apothicairerie, là où la chaleur étouffante semblait redorer le feuillage filandreux de la plante...










Séparateur.png

Journal : Observations, expérimentations et résultats

Tige d'Aneth.

Extraits des carnets de recherches de Leoplodine :


01/07/513

Une étrange plante reposant dans un pot de terreau dans le laboratoire. Un collègue dit à Leoplodine qu'il s'agissait de l'aneth, une plante poussant aussi dans l'Ancien Monde.
Elle ne fit rien si ce n'est couper quelques feuilles trop fanées et rajouter un peu d'eau, passant au reste.

ETAT : L'aneth a perdu quelques feuilles et ne semble pas changer d'état pour le moment.


Séparateur.png


02/07/513

A l'intérieur du laboratoire, l'aneth ne semblait pas avoir bougé, si ce n'est que quelques petits débuts de feuilles avaient fait leur apparition, montrant un renouveau de la plante.

ETAT : L'aneth semble renaître. Espérons que cela va continuer...


Séparateur.png


03/07/513 - 05/07/513

A l'intérieur de l’apothicairerie, l'aneth continuait de s'épanouir, ses feuilles et ses fleurs se multipliant paisiblement. La lumière du soleil semblait avoir fait du bien à la plante. La petite femme rajouta un peu d'eau et continua son tour.

ETAT : L'aneth semble s'épanouir dans ce milieu chaud. Il ne semble pas demander beaucoup d'eau.


Séparateur.png


06/07/513 - 11/07/513

L'aneth semblait s'épanouir dans son pot. Il commençait à devenir trop grand.
La petite rousse commença à réfléchir à un moyen de reproduire cette plante.

ETAT : L'aneth semble s'épanouir dans ce milieu chaud. Il ne semble pas demander beaucoup d'eau.


Séparateur.png


12/07/513 - 23/07/513

Plusieurs plants d'aneth furent rempotés, ils fleurissaient paisiblement au rythme du soleil...
Leoplodine se demandait ce que les apothicaires faisaient et pourquoi ils n'avaient pas encore cherché à comprendre le sens de cette étrange plante...

ETAT : Plusieurs plants d'Aneth parsèment des pots dans le laboratoire.


Séparateur.png


24/07/513 - 02/08/513

S'étant décidée à faire quelques expériences par elle même sur des esclaves, Leoplodine conclut que cette dernière possédait des fleurs et des feuilles toxiques (un esclave en ayant fait les frais...) mais que les branches semblaient diminuer légèrement quelques maux comme le trouble de la bidasse.
Recoupant des branches dépassant d'un des plants, elle se mit à approfondir ces recherches.

ETAT : Stabilisation du végétal. Leoplodine semble avoir trouvé quelque chose.


Séparateur.png


Elle avait beau parcourir encore et encore les mêmes pavés de lecture quotidiennement, elle avait bien faire de noter et renoter les mêmes tracés et courbes au sujet des plantes, non, Leoplodine ne voyait point...
Reposant la plume à côté du bureau, elle joignit ses mains tout en regardant les croquis et diverses annotations entourant ces derniers : plusieurs vues, plusieurs coupes, certaines vilaines, tandis que d’autres, plus coquettes, venaient garnir le papier de griffonnages que seule la petite rousse comprenait.
Imaginez-vous maintenant, le bureau, avec notre chère Leoplodine assise derrière, les cheveux déphasés par la fatigue, fixant un long parchemin garni de croquis et d’annotations. Devant ce tout, repose une petite plante en pot à moitié estropiée par de nombreuses coupes à la serpette. Ces morceaux reposent ainsi découpés à côté du pot. Deux autres petites plantes déracinées semblent un peu à l’écart du tout, on reconnait une tige de fenouil et un corps d’anis.
Elle savait qu'il s'agissait bien d'aneth, elle l’avait plusieurs fois fait confirmer par ses collègues horticulteurs, semblant avoir des connaissances plus étendues, sans pour autant s’étayer davantage sur l’herbacée... Après maintes recherches de la Dame et un visionnage compliqué par les ratures, voici quelques bribes que vous pourriez décrypter :


Aneth, plante de la famille des Apiacées, de leur nom dérivé Ombellifères, leur appartenance à cette famille ne fait aucun doute, les caractéristiques des familles ne le détrompent point : tige creuse à sillons dans une longitude évasive, feuilles alternes, sans stipules, avec la présence de quelques folioles à leur base, ces dernières remontant le long de la plante au fil de sa croissance, mais ce qui confirme mes dires sont la possession au niveau des fleurs, petites soient-elles, de très exactement cinq étamines et cinq pétales s’entrecroisant en une symétrie perpétuelle.


Malgré ces termes bien techniques, le reste de la feuille semble bien trop compliqué pour qu’un simple spectateur puisse y comprendre quoi que ce soit. Néanmoins, en bas de page, diverses annotations semblent attirer l’oeil tel que « Parent à l’anis ou encore fenouil puant... ». En faisant pivoter la feuille, on distingue sur le côté des descriptifs, tels que la taille (quatre-vingt à cent-trente centimètres avec une évasion d’une trentaine de centimètres sur la tête), ou encore la forme des feuilles (très découpées, légères et de conception filiformes, couleur vert bleuté), ... D’autres choses sont marquées, mais elles restent illisibles à cause des nombreuses ratures.


Revenons maintenant à la scène, voulez-vous ? Leoplodine, contrariée par le peu de résultats, se leva et contourna le meuble pour aller se servir un verre dans la petite carafe d’argent posée à même la table basse du salon, quand plusieurs toquements de porte retentirent... Reposant le tout, Leoplodine se redressa et alla ouvrir au quatorzième inconnu de la journée qui venait encore frapper à sa porte pour la déranger de broutilles intempestives.
A sa grande surprise, elle reconnut le visage, c’était le messer Andrea, un de ses cuisiniers, ce dernier tâché de parts et d’autres sur ses habits. Elle le fit entrer, tandis qu'il prétendait réclamer une boite de sel, qui semblait manquer à la taverne. Se frottant les yeux, Leoplodine descendit à la cave pour y trouver de quoi satisfaire les expériences culinaires du jovial cuisinier. Lorsque Leoplodine remonta, une petite boite entre ses mains crispées par tant de fatigue, elle surprit le messer en grande contemplation sur ses maintes recherches hasardeuses. Ce dernier s’exclama en voyant la forte dame remonter.
Haussant un sourcil, elle mit un certain temps à comprendre ses faits, peut-être était-ce la fatigue, son accent douteux d’enfant de campagne ou tout simplement que ses dires semblaient trop évidents, mais continuant à acquiescer, l’esprit vague, elle laissa le messer filer, avec lesdites herbacées. Regardant le bureau, puis le pot arraché de sa plante puis la porte d’entrée, elle s’empressa de la verrouiller avant de s’endormir, fort rapidement sur le canapé du salon.


« L’DAME DEWHELL !, L’DAME DEWHELL ! J’VAIS R’SON ! »


Manquant de tomber du canapé à cause d'un réveil aussi brutal qu'inattendu, la dame se leva en se massant les côtes, ouvrant d’un geste grognon la porte d’entrée. Non, elle ne vit pas tout d’abord le cuisinier en pleine excitation, mais plutôt une assiette où reposait une grosse tranche de lard enduite de crème, saupoudrée de quelques herbes... En termes habituels, elle aurait été vexée d’un tel tirage de son sommeil, mais un plat ainsi tenu à nez vint retenir son attention lorsqu’elle le fit entrer.
Posant l’assiette et une fourchette, Fran expliqua qu’il connaissait cette plante, ou du moins semblait la connaitre, prétendant que c’était un cousin du fenouil et que son frère éthyliste avait été assez crétin pour l’utiliser avec de l’alcool, croyant que c’était de l’anis. Stoppant le cuistot passionné, elle se mit à comprendre et d’un geste gourmand, piqua la viande et l’enfourna dans sa bouche avec joie. Mastiquant et semblant se douter de la présence d’un autre condiment que le fenouil habituel dont le cuisinier garnissait ses plats, elle reconnut ladite plante, réduite en morceaux, à travers plusieurs couches de sauce, et son sourire s’agrandit davantage.


« Messer Fran, comme je le dis souvent, merci encore. »


Se levant, elle s’empressa de retourner à son bureau, prenant une grande encyclopédie apparemment bien garnie, et s’en retourna compléter ses derniers acquis.

Culture

Besoin en eau : Moyen
Entretien : Facile
Résistance au froid : Moyenne
Végétation : Annuelle (Plante qui vit moins d'un an.)
Feuillage : Caduc (La plante perd ses feuilles en Nivôse.)

Données Importantes

Floréal
Floréal
Thermidor
Thermidor
Brumaire
Brumaire
Nivôse
Nivôse
Début Milieu Fin Début Milieu Fin Début Milieu Fin Début Milieu Fin
Récolte Floraison Floraison Plantation Plantation Récolte


Climat : Forêt | Forêt Maritime | Forêt Tropicale | Montagne | Plaine | Prairie

Information(s) complémentaire(s)

L'aneth repousse les pucerons. Il est donc indiqué d'en planter près de vos plantes qui souffrent des attaques de pucerons.