Génie politique

De Wiki'speria
Aller à : navigation, rechercher

Le génie politique

Le nouveau roi

Le 31 juillet 521, Cédric Adagan devient le nouveau roi du Royaume Central. A cette date, quasiment personne ne désire un tel poste avec le climat politique, la défiance du peuple et la crise économique. Le prestige n’attire pas assez, face au risque de mort et au traumatisme laissé par l’assassinat de Fauxvelles. Ainsi, les partisans de Cédric Adagan sont en sa faveur, tout comme ses détracteurs qui pensent qu’il finira tué par son propre peuple, à son tour.

Pourtant, sa première politique est tournée vers l’apaisement de la population et la relance de l’économie. La finance de l’armée est allégée par la perte considérable des troupes et le recrutement ne se fait pas directement, l’argent partant pour le rétablissement du peuple. Ainsi, doucement mais sûrement, Adagan réussit à ramener la tranquillité dans les rues des villes du Royaume Central et son règne s’ancre sur de bonnes bases, malgré un contexte toujours brûlant. Une nouvelle révolte meurtrière peut se déclencher n’importe quand.

En septembre 521, il demande l’organisation de fêtes pour célébrer le monachisme. Il annonce son mariage avec Marketa Bassel pour octobre 521 et assure qu’il restera monachiste. Il y aura donc un double mariage religieux.

La politique d’Adagan

Par rapport à Caroggia, Adagan a bien compris que la République était une profiteuse et que derrière la guerre et le chaos, c’était l’argent qui arrivait chez eux. Ainsi, c’est avec méfiance que la relation débute. Il sait que Caroggia l’a soutenu à ses débuts et qu’elle pourrait aider un autre paria contre lui. Les marchandises venant de la République sont taxées afin de mettre en avant les produits capitalins et de garantir une économie plus nationale.

Du côté du Canatan, de la Principauté de la Ribada et de Mesigios, le roi organise un grand Conseil le 19 septembre 521, visant à établir la suite. Et contre toute attente, alors que chacun pensait devoir subir les réformes, le roi laisse une grande marge de manœuvre à chaque contrée. La seule chose qu’il demandera, c’est une allégeance, payer l’impôt et se préparer à se battre en cas de conflit. Chacun accepte et signe devant l'afflux inattendu d’autonomie dans la politique qu’on leur donne.

Le 18 septembre, la Légion fait son grand retour, se voulant nouvelle, comme le veut le roi, ainsi que lavée de toute sa crasse. Un code d’éthique est rédigé par des vétérans et des religieux pour assurer la bonne tenue de l’armée. Dans le même temps, le mois d’avril est marqué par un grand nombre de procès sur les voyous qui ont profité des révoltes pour exercer leur crime. A l’inverse, le roi vient gracier une partie des militants de Fauxvelles pendant le conflit, leur permettant un retour au Royaume Central sans que leur vie ne soit en jeu.