Utilisateur:Dreamingdwarflord

De Wiki'speria
Aller à : navigation, rechercher



Vous consultez la fiche d'un personnage reparti dans l'ancien monde.

Thorak Dreamer d'Hersatz

Informations RP
Nom Thorak Dreamer d'Hersatzmail-icon.png
Sexe Homme
Année de naissance
Rang Noble
Famille
Quartier Adobe
Métier
Métier Maître d’ouvrage
Compléments
Informations HRP
Login Minecraft DDLord
Prénom IRL Eric
Âge IRL 20 ans


Résumé du Joueur

HRP

Inscription à Minecraft : Février 2011

Inscription à Esperia : Septembre 2011

Rôle : Développeur (Graphisme, TexturePack-Man)

Personnage

Nom : Thorak

Alias : DDLord, DreamingDwarfLord

Famille : Hersatz

Quartier : Adobe

Caractéristiques

Description

Petit, environs 1.5cubes, châtin foncé tinté d'ambre, Thorak arbore une longue barbe tressée qui n'est pas sans rappeler la tresse de ses cheveux. Malgré son physique bourru, il est assez propre sur soi et toujours bien coiffé. Souvent songeur, il semble très souvent plongé dans une intense réflexion sur le sens de la vie et oublie beaucoup de choses. Il a souvent avec lui l'un de ses "comptes", un tas de 42 volumes qui contiennent TOUT ce qu'il sait et ce qu'il a pu analyser.

Talents

Thorak est doté d'une éducation complète et touchant à de nombreux milieux, il peut ainsi assumer les rôles d'architecte, ingénieur, dessinateur, mathématicien, comptable, écrivain (même s'il est le seul à comprendre ses écrits), et bien d'autres.

  • A écrit Les Comptes.
  • Sait parler, lire, écrire, calculer.
  • Sait dessiner des croquis techniques, des cartes et des plans détaillés.
  • Impressionne en utilisant des mots complexes et des phrases tordues.
  • Mange peu, dort peu, il a l'habitude de travailler des heures sans interruption.
  • Très pragmatique, il base ses décisions sur un principe de plus et de moins qui peut tout justifier si l'équilibre est globalement positif.
  • Fidèle, il ne trahira jamais ses amis.

Défauts

Très débordé et un peu absent d'esprit, Thorak est très peu habile et assez faible. Il n'a aucune compétence pratique de la moindre importance.

  • Est assez fou pour avoir écrit Les Comptes.
  • Trop organisé, il se retrouve dépassé par les événements et semble perdu.
  • Trop sur de soi, ou peut-être l'inverse, il fait beaucoup de bourdes en communiquant.
  • Son intelligence l’empêche de parler simplement, il explique mal les choses et ne se fait pas comprendre.
  • Malhabile, il tombe souvent sans raison et peste contre celui qui a inventé les escaliers.
  • Son pragmatisme étrange le fait parfois accomplir des actes mauvais sans s'en rendre compte.
  • Si qui que ce soit l'engage dans une discussion théologique ou philosophique... il ne s’arrêtera jamais.

Ennemis Déclarés

Amis Déclarés

Boubek d'Hersatz

Boubek d'Hersatz a éré recueilli par le cousin de Thorak dans leur famille et malgré ses nombreux défauts, il fait preuve d'une grande fiabilité.
  • Szvetlana est un très bon ami de Thorak depuis un soir étoilé au campement.

Histoire

Sur la route vers Esperia

Border2px.png


Ce n’est pas que Thorak était casanier ou introverti, mais il n’était absolument pas de ceux qui font jaillir leur personne au point où ils finissent par écraser l’ensemble de leur entourage sous les plis de leur personnalité obèse et, même parfois par se surpasser au point de ne plus se connaitre eux-mêmes. Et pourtant, quotidiennement, il avait toujours de nouvelles envies de partir, de tout laisser tomber, de devenir quelqu’un d’autre.

Et voilà qu’il se trouvait assis à l’avant d’une rude charrette en bois remplie de grosses malles cloutées. L’édifice de bois sombre prenait une telle ampleur du fait de l’instabilité de son contenu que Thorak se penchait de plus en plus vers l’avant au gré du passage des kilomètres, probablement sans même s’en rendre compte. Il était seul, à l’arrière de la longue caravane.

Le voyage avait déjà duré quelques jours et hormis quelques échanges brefs avec l’un des gardes qui protégeait le convoi, il préférait rester concentré sur l’intense débat qui se déroulait dans sa tête.

Il faut comprendre que partir du jour au lendemain avec pour seule certitude que chacun de ses futurs compatriotes étaient des idéalistes tous aussi fous que lui n’était pas forcément rassurant. Et, étant toujours prêt à passer des journées entières à débattre, il avait décidé que nul autre personne ne pourrait mieux converser avec lui que lui-même.


Il fallu donc quelques jours avant que Thorak se décide enfin qu'il était confortable avec la décision qu'il avait prit de quitter sa vie monotone pour aider l'immense troupe qui le précédait à bâtir une nouvelle civilisation suite à la mort de leur ancienne cité.

Lentement, il fit accélérer la charrette à grands coups de lanières. Quelques minutes plus tard, sur le bord de l'énorme tranchée poussiéreuse que creusait la foule de charrettes et de piétons, il passait, riant à haute voix et la tresse au vent. Quelques enfants curieux et des personnages au regard réprobateur le dévisagèrent, mais globalement, la lassitude d'un voyage interminable à travers de grandes plaines semblait pousser les gens à regarder leurs pieds.

Soudain, une voix quelques peu familière cria son nom au loin. Curieux, Thorak se retourna pour apercevoir pendant un bref instant, entre deux nuages de poussière, le visage d'un cousin éloigné.

Ils ne s'étaient que vus à de rares banquets familiaux auxquels Thorak n'était que très rarement présent pour plus de quelques dizaines de minutes, mais c'était toujours rassurant dans ce genre de situation de savoir qu'on n'était pas seul et qu'en cas de nécessita, quelqu'un serait là pour aider.


Tout de suite, la lente barrière de gens qui baignait dans un épais brouillard sec et étouffant passa de l'état de simple masse distante à celui de barrière infranchissable. Il serait, Thorak le savait, très difficile de traverser un tel flot d'humains, et encore plus ardu de retrouver son cousin une fois de l'autre côté. Tantôt un poissonnier lançait sa précieuse cargaison sur un forgeron qui le traitait de tous les noms, tantôt une vieille dame trop lente attirait les regards foudroyants des pers de familles les plus impatients, et de nombreuses personnes ne levaient même pas le regarde au point de rentrer dans la charrette de Thorak plusieurs fois de suite. Il fallut bien un quart d'heure pour se faufiler de l'autre côté de la commotion générale. Une fois arrivé où il voulait, Thorak était affligé d'un mal de crâne intense provoqué par le brouhaha incroyable que produisait un si grand nombre de personnes toutes en mouvement. Lorsqu'il entendit son nom une deuxième fois, il se retourna et cria, les mains sur les tempes "Ah, mais c'est pas finit, crasse de bouc !? Il y en a qui ont les oreilles sensibles !"

"La ferme Thorak. Suis moi jusqu'à ce que l'on installe le campement. J'aimerais bien savoir ce qu'un cousin éloigné fait ici." rétorqua-t-il d'une voix tranchante.

...

Oeuvres