Jugement des âmes

De Wiki'speria
(Redirigé depuis Arbeta)
Aller à : navigation, rechercher

Le jugement des âmes est un aspect central du culte d’Arbitrio et constitue la façon dont Arbitrio juge l’âme d’un défunt et comment est-ce que l’âme retourne en son sein. Les deux dénominations principales de la religion arbitrée, le monachisme et le phalangisme l’interprètent de façon très différente.

Monachisme

Fautes, bonnes actions et l’Arbeta

Les fautes morales sont considérées au sein du monachisme sous l’idée d’un dommage infligé à l’arbitrage de la communauté des croyants, la réalisation de l'Adaar et l’humanité en général.

Chaque croyant possède dans son âme ce qui est appelé son “Arbeta”. L’arbeta, parfois décrite comme une toile, les racines d’une plante ou les vagues d’une goutte tombant dans l’eau, est l’ensemble des ramifications de son existence. En observant l’arbeta, il est possible de voir la totalité des conséquences des actions d’une personne, y compris après sa mort. Elle reprend aussi bien les fautes que les actions bien-arbitrées.

Jugement: l’Alku

Le Jugement, ou Alku dans le culte monachiste, a lieu lorsque l’âme s’élève auprès d’Arbitrio, dans un lieu immanent appelé le Paikka. Celui-ci révèle alors l’arbeta de l’âme défunte et de son oeil unique, il voit l’ensemble de la vie du défunt. En fonction de sa lecture, Arbitrio prononce alors son jugement parfait et impartial.

L’Alku n’est pas considéré comme un moment fixe ou instantané mais comme quelque chose qui transcende le temps et se poursuit jusqu’à ce qu’il soit admis en son sein.

Devenir de l’âme après le Jugement

Si l’arbeta de l’âme s’est équilibrée ou révèle que l’individu a contribué de manière positive à l’Adaar, son âme rentre en Arbitrio et se reunit à lui. L’âme défunte est donc réunifiée non seulement avec Arbitrio mais aussi avec l’ensemble des âmes ayant achevé leur Paikka. C’est ce qu’on appelle la Félicité éternelle.

Si l’arbeta de l’âme révèle que l’individu a causé davantage de tort que de bien à l’Adaar, son âme est placée dans le néant, un espace du Paikka éloigné d’Arbitrio, dans le vide et le silence total. L’âme y reste jusqu’à ce que son arbeta s’équilibre par de nouvelles conséquences positives à son existence ou que les conséquences négatives de ses fautes se résorbent ou se dissipent. Il est alors réunifié avec Arbitrio.

Effet de la prière

La prière pour les défunts constitue un élément fondamental du Jugement. Ainsi, toute prière ou commémoration faite en mémoire d’un défunt est considéré comme un effet positif du défunt et contribue à accélérer sa sortie du néant.

Phalangisme

Fautes et le Teza

Pour le phalangisme, chaque faute morale est irréparable et un croyant ne peut plus que s’efforcer de préserver la pureté restante de son âme. L’âme est pure à la naissance et toute faute la corrompt lentement jusqu’à devenir bestiférée. Le “Teza” est la manifestation de l’état de l’âme et reprend l’ensemble des fautes qui furent commises.

Il est important de noter que dans la tradition phalangiste, un ordre ou une décision pour autrui sont des actes moraux au même titre que le comportement. Toutefois, c'est l'acte d'ordonner ou décider en lui-même qui impacte le Teza et non ses conséquences. Si un ordre est moralement condamnable et donc impacte le Teza de ceux qui y obéissent, le Teza du dirigeant est donc entâché. Les conséquences effectives de l'ordre, contrairement à la tradition monachiste, n'ont pas d'effet. La fin ne peut donc pas moralement justifier les moyens.

Jugement: le Krag

Au cours du Krag, l’âme est présentée à Arbitrio. Celui-ci révèle son Teza et évalue son âme. Arbitrio considère alors également son rang social. Ainsi, plus un individu est haut, plus il est attendu de lui qu'il se soit conduit de façon vertueuse puisqu'il est en état d'autorité. Ainsi, un dirigeant immoral est jugé plus impur qu'un paysan immoral puisque celui-ci ne peut donner d'ordre.

En outre, le Krag est supposé retirer définitivement aux humains le droit de juger un individu. Cependant, puisqu'il est difficile de ne pas évoquer une opinion quant à la valeur d'un défunt, la tradition phalangiste a créé l'expression de “Arbitrio seul sachant ce qu'il est de lui/d'elle”. La formule peut également se traduire en honelingue “Sed quid est hoc Arbitrio” ou en hura “Arbitrio jen vedel, co to je”. Ainsi, il convient pour un croyant phalangiste de dire par exemple: “Tancred, Arbitrio seul sachant ce qu'il est de lui, était un individu dont la vertu était digne de l'admiration de tous”. Il existe également la formule abrégée de “sqeha”.

Le coeur d’Arbitrio et la Suvrak

Après leur jugement, les âmes acceptées par le Krag sont réparties dans le coeur d'Arbitrio au cours de ce qu'on appelle la Suvrak. La tradition phalangiste représente le coeur d'Arbitrio comme un losange divisé en quatre parties. Le symbole du losange représente la conception phalangiste de la société sur le plan moral telle que dirigée par les enseignements du phalangisme.

L'Osmatran, le niveau le plus élevé, est l'incarnation des individus au Teza pur. Il s'agit de l'élite morale des excellents dirigeants, des meilleurs de l'Ordre Phalangiste et des paragons de vertu de la société dont l'arbitrage fut parfait. A leur Suvrak, le nom des âmes de l'Osmatran est prononcé par Arbitrio, suprême reconnaissance du fait qu'ils se sont comportés tel qu'Il l'avait entendu. Les membres de l'Osmatran sont ainsi considérés les égaux des premiers humains parfaitement arbitrés.
Le Velkas est le niveau des individus au Teza non plus immaculé mais très peu entâché par le manque de vertu. Il s'agit du niveau de ceux qui ont suivi une vie pure, bien-arbitrée et vertueuse mais en commettant quelques erreurs. On y trouverait l'essentiel des membres de l'Ordre Phalangiste, les bons dirigeants et les bons croyants.
Le Nizkas est le niveau des individus dont le Teza est entâché mais toujours majoritairement pur. C'est le niveau du croyant fidèle mais qui n'a su vivre une vie bien-arbitrée et vertueuse.
Le dernier niveau, Odpodev, est le niveau de ceux dont le Teza est majoritairement impur. Leur conduite a été souvent impure, mal-arbitrée et ils ont mal respecté les règles religieuses. On trouve au sein de l'Odpodev les âmes des mauvais croyants mais qui ont malgré tout résisté à la bestialité.

Plus un niveau est bas, plus il est éloigné de la conscience d'Arbitrio mais aussi plus il est cause du mal à Arbitrio. Seule les âmes de l'Osmatran apportent du réconfort à Arbitrio. Les âmes du Velka ne lui font rien tandis que les âmes du Nizkas l'inconfortent et l'attristent. Les âmes de l'Odpodev ont un statut particulièrement car leur intégration dans le coeur d'Arbitrio est considérée comme Lui étant douloureuse. On parle d'eux comme la preuve de la Justice d'Arbitrio. Si il reste un peu de pureté au sein d'un individu, il sera réuni avec Arbitrio malgré la douleur que cela Lui inflige. Ce fait constitue un rappel fréquent de la conception phalangiste: être juste et vertueux ne signifie pas connaître un plaisir et une joie constante.

Les âmes rejetées, les Nadens

Les Nadens sont l'ensemble des âmes que le Krag a reconnu comme impures et qui n'ont pu être infusées à son coeur au cours du Suvrak. Ces âmes sont au contraire rejetées. C'est l'âme des dirigeants mal-arbitrés, des impies, des incroyants et des bestiférés.

Le dogme officiel établit que les âmes Nadens ne sont jamais réunies avec Arbitrio mais les interprétations de leur devenir demeurent sujette à interprétation. Traditionnellement, l'Ordre phalangiste refuse par principe de trancher sur ce point de doctrine car “il n'est pas vertueux d'étudier ce qui n'en possède point”.

La thèse controversée du Blizkost

Le Blizkost (ou thèse de la Proximité) est une thése non-reconnue par l’Ordre Phalangiste mais soutenue par certains phalangistes. Celle-ci considère que seule l’âme d’un phalangiste peut passer par le Suvrak normal et les âmes d’autres fois fonctionnent selon une échelle différente.

Cette thèse tend ainsi à considérer que le Velkas est le plus haut niveau accessible aux monachistes, même si ils ont commis une vie parfaite, l’Osmatran étant inaccessible. Le Nizkas serait le niveau des convertis et le niveau des fidèles monachistes de grande vertu. Au sein de l’Odpodev, l’on trouverait le croyant moyen monachiste ainsi que les bons croyants des peuplades semi-arbitrées tel que les qadjarides. Enfin, on y trouverait les accidentellement arbitrés, des individus n'adhérant pas à un culte arbitré mais dans la conduite a, par accident, été parfaitement morale. Ces accidentellement arbitrés sont considérés comme ayant même pu être de l'Osmatran si ils avaient été phalangistes.

Cette thèse est cependant très controversée au sein de l’Ordre Phalangiste et fait l’objet de fortes tensions avec les membres du Tribunal de Roskilde qui, bien que n’ayant jamais officiellement statué sur la question, condamne cette thèse et avec le Monastère Adaarion qui considère cette thèse comme une insulte. Au sein de l’Ordre Phalangiste, elle est fréquemment associée au préverienisme.