Menace capitaline

De Wiki'speria
Aller à : navigation, rechercher

Adagan le rebelle

En avril 520, devant le succès de l’expédition dans l’Outre-Frontera, Thybauld de Fauxvelle alloue énormément d’argent pour se lancer aussi dans la colonisation de ces lieux arides. La tension monte terriblement, étant donné que les compagnies sont hargneuses de l’entreprise de De Fauvelle et que les oligarques n’aiment pas les prétentions hégémoniques de leur voisin. Le même mois, des entrevues sont engagées avec Svaty Huraslava afin de passer un nouvel accord, visant à renforcer les liens défensifs entre les deux nations.

Or, Vasco li Amarrès voit le potentiel rebelle Cédric Adagan, retranché dans le Canatan, comme une possibilité d’approche contre Fauxvelle. De base, Amarrès avait accepté de financer secrètement Adagan depuis 517. Des armes et armures sont fournies, ainsi que de l’argent pour payer des mercenaires dans le combat. Les compagnies s’en donnent à cœur joie et c’est notamment Arno li Volti qui va faire jouer son influence auprès de Lamaille et Gastaphède pour préparer une flotte “pirate” afin de gêner le trafic en mer Cyvalite.

Dans le même temps, Amarrès finance les derniers foyers rebelles de Mesigios, notamment celui de Branne qui se fera rayer en juillet 520. Le mois d’avril 520 est celui de l’entrée en guerre de De Fauxvelles contre le Canatan, apprenant l'existence et l’armée d’Adagan sur place. Le financement caroggian aura participé au désastre économique et militaire qu’à été la Campagne de Breithe, malgré la victoire capitaline en août 520.

Expédition maritime

Alors que toutes les têtes sont tournés sur le Royaume Central, une compagnie se montre pleine d’ambition, à savoir les Vilzi, qui souhaitent atteindre l’autre côté de l’Outre-Frontera par la mer. La demande est peu prise en considération, mais c’est la compagnie elle-même qui cherche et trouve les fonds pour se financer. Dès juin 521, les navires sont prêts à mettre les voiles. En juillet, le départ prend vie vers cette nouvelle aventure.

En parallèle, l’équilibre sur les mers est totalement bouleversé par la domination de la République de Caroggia. Leurs navires sont plus costauds, résistants et armés pour le combat et la protection des mers. Derrière, le Royaume Central tient tête mais les experts sont d’accord pour dire qu’un combat maritime entre les deux aurait de grande chance d’aboutir sur une victoire caroggianne.