La légitimité de De Fauxvelles

De Wiki'speria
Aller à : navigation, rechercher

La légitimité de De Fauxvelles

Après la stabilisation du Royaume Central, Thybauld de Fauxvelles se lance à partir de 517 à un réarmement total de l’armée et à une nouvelle discipline. Thybauld veut définitivement légitimer son règne et pour cela, il compte réussir là où Adryan II a échoué. Il souhaite reprendre Mesigios dans une guerre qu’il voudra rapide, afin de mater toute possible rébellion.

Entre 516 et 518, des espions à la solde de la Capitale arrivent à passer dans les mailles des filets de Mesigios, encore trop larges, et réussissent à tirer énormément d’informations. En avril 518, des noms d’espions Caroggians, officiant directement contre la Capitale et dans la Capitale, sont trouvés et envoyés à De Fauxvelles. Dans la nuit d’août 517, une trentaine d’assassinats se mettent en place pour occire les agents, seulement 10 mourront. Plusieurs décident de retourner leur veste, allant jusqu’à trahir Caroggia pour garder la vie.

La réforme De Fauxvelles de l’armée met en place la formation de Fileurs, de la cavalerie légère qui aura pour but de contourner les adversaires, repérer les embuscades et gêner les retraites, afin que la prochaine campagne de Medeva ne ressemble pas à la précédente.

L’ombre du passé

Dans le Canatan, Cédric Adagan, frère du défunt roi Lionel Adagan est capturé par Lysje Cadfan, l’haadaed du Canatan. Ce dernier se défend par la parole et jure à Lysje que son destin sera vite scellé avec l'avènement d’un homme comme De Fauxvelle.

Qu’à cela ne tienne, Lysje voit ici la possibilité d’assurer sa prospérité en livrant Cédric au nouveau roi du Royaume Central, ce qu’elle commence à faire en entreprenant un voyage surprise. Adagan est fait prisonnier à la Capitale, à la grande joie de Fauxvelles. Cependant, tout ne se passe pas comme prévu pour la dirigeante du Canatan, puisque le souverain la soupçonne d’avoir aider le frère renégat, puis d’avoir fait la girouette quand le vent a changé de sens. Elle n’en recevra aucune gratitude, si ce n’est qu’un sobre remerciement, ce qui la vexera énormément.

Cédric est gardé en vie et en prison comme prisonnier politique, pouvant servir pour obliger certains rebelles à se montrer. Néanmoins, en juin 517, il est libéré par des espions au service de Caroggia, puis envoyé dans la campagne capitaline, puisque franchir la frontière serait encore assez risqué. A sa grande surprise, il est ramené par le même espion à la cour de Lysje Cadfan qui, pour le coup, aura bel et bien retourné sa veste.