Utilisateur:Gharlok

De Wiki'speria
Aller à : navigation, rechercher



Vous consultez la fiche d'un personnage reparti dans l'ancien monde.

Gharlok

Informations RP
Nom Gharlokmail-icon.png
Sexe Homme
Année de naissance
Rang Noble
Famille Loysto
Quartier Rivelame
Rang Politique Conseiller
Bâtiments La Forge de Gharlok
Manoir « La Petite Fleur »
Métier
Métier Forgeron
Compléments
Fonction Représentant du culte des Septs
Origines
Région d'origine Kinemaar
Nation d'origine Tribus Vaahvas
Informations HRP
Login Minecraft Gharlok
Pseudo Gharlok
Prénom IRL Ben


Il va de soit que les informations sur cette fiche ne sont pas connues par votre personnage, sauf si vous avez eu l'occasion de les connaître IG et de façon RP.

Gharlok PARKIIN

Description

Je suis issu du clan dit « des ours», de la tribu Rakha, je ne suis pas grand mais robuste et large d'épaule, je mesure 1m60. Bien que n’ayant que 30 ans, j’ai une calvitie prononcée. Une longue barbe noire tressée fait ma fierté.

A
Gharlok travaillant à sa forge

Aptitudes

Calcul.png Calcul :

  • Son Maître forgeron a appris à compter à Gharlok, c’est indispensable pour le travail.

Grille Livre et Plume.png Alphabétisation :

  • En arrivant à Esperia, Gharlok savait à peine lire et écrire. Il a appris via l’école avec Ser Rubeus.

Défauts

  • Renfermé sur moi-même, timide.
  • Grincheux.
  • Tendance à boire plus que de raison par moment.

Intérêts culturels, croyances et goûts

  • Très croyant, je respecte scrupuleusement les préceptes du Culte des Déesses des Sept Mers.
  • Illettré au départ, depuis mon arrivée à Esperia, j’ai appris à lire.
  • J’adore l’Oruf gris, mmmiam… Sérieusement, je mange de tout. Je n’aime pas le vin par contre.

Relations, personnes qui comptent pour Gharlok

L’amour

Portrait de famille par Horphelia
Personnage columbine.jpg
Estrella-de-nieve : rencontrée pendant une période où Gharlok avait besoin de soutien moral, elle a su être présente et attentive à lui, même plus qu’elle ne le pense. Gharlok a de suite apprécié la compagnie d’Estrella et s’est vite confié à elle. Quand Estrella a eu besoin d’aide, Gharlok a su se montrer présent à son tour…

Les sentiments entrent les deux ont fait leur chemin. Ils sont maintenant mariés et Gharlok est un homme heureux qui fait tout pour combler l’amour de sa vie. Elle a dû faire un choix pour se protéger, elle est partie pour Golvandaar. Gharlok est anéanti mais il lui a promis de tenir la tête haute pour elle. La vie ne fait pas de cadeau… Aujourd’hui nos routes s’éloignent un peu plus chaque jour mais sache que, quelque part, un être décort sa vie de violettes.

Violette.png



Aria

Aria et Gharlok


Personnage Crystal2ans.png Crystal


Estrella et Gharlok ont adopté des jumelles dont la mère, Nada, esclave, est décédée en couche. Gharlok est un papa gâteau qui fait tout pour le bonheur de ses chéries. Crystal est partie pour aller étudier à Golvandaar. Aria est allée rejoindre sa sœur par la suite.



Arwen : Jeune esclave de 4 ans achetée par Kenesha Silmäpyhä et confiée aux soins de Gharlok. Ce dernier s’est beaucoup attaché à cette fillette qui lui en rappelle d’autres.

Sila : Mon fils, mon rêve… mon souhait… mon Oska. Tu es né et tu grandiras loin de moi mais tu vis dans mon cœur.

Personnage kristen-stewart-anniversaire-21-ans-22-2012.jpg
Anykà : Promesse d’un avenir meilleur ? J’ai envie d’y croire…


L’amité

Silnoë : rencontré au hasard d’une commande de joaillerie. Silnoë a paru étrange à Gharlok qui l’a pris pour une espèce de sorcier ou devin à cause de sa capacité à le comprendre sans que celui-ci ne lui dise tout ce qu’il pensait. 

Gharlok et Silnoë sont, aujourd’hui, amis.



Sybelle Phareste: Ou l’art de foncer tête baissée et de s’attirer tous les ennuis du monde… Gharlok essaie d’aider cette jeune femme comme il peut, la voyant s’empêtrer dans des histoires dont elle ne mesure pas la portée. Chaque jours ils se rapprochent un peu plus… Qu’attends tu vraiment de moi ?

Repartis sur le continent

Heimdal :en l’absence de leurs maîtres, il a accueilli et aidé Gharlok. Ils sont vite devenus complices et amis.

Kelmazad: Gharlok s’est rapproché de lui lors de la Nivose Rouge mais surtout depuis qu’il s’interresse à Estrella vu que Kelamzad est le patriarche de leur famille. Kelmazad ne s’est pas pas opposé à leur relation et lui a même donné des conseils…même si ceux-ci n’ont pas été les meilleurs… Gharlok montre beaucoup de respect à Kelmazad mais le trouve émotionnellement perturbé.

Nora Mordïn : Gharlok a croisé plusieurs fois Nora, la trouvant bien triste, ils ont beaucoup discutés ensemble au lavoir où elle travaille. Aujourd’hui Nora paraît beaucoup plus heureuse.

Igor Sombrerive : Il est arrivé seul, de sa propre initiative à Esperia et, au début, était un peu perdu. Gharlok l'a aidé et hébergé. Très vite, Igor est devenu pour Gharlok un confident mais également un conseillé avisé. Une belle amitié...

Cambell Cecily: cliente de la forge, Cecily paraît très sympathique à Gharlok, après quelques temps, ils deviennent de bons amis complices. Plus tard, entre Cecily et Gharlok naissent d’autres sentiments qui vont compliquer leurs relations… Au départ Gharlok cache ses sentiments véritables en pensant ainsi protéger Cecily mais au moment où elle lui avoue les siens d’une manière qui les trouble tous deux, rien ne va plus… Aujourd’hui, ce sont de bons amis qui se soutiennent.



Theodis : Au départ apprenti de Gharlok, ils travaillent maintenant ensemble à la forge. Même s’ils se taquinent beaucoup, les deux compères s’apprécient mutuellement.

Personnage Elena.jpg Elena Galean : Elena trouve toujours les mots pour réconforter, elle soutient Gharlok dans ses moments difficiles. Il lui en est très reconnaissant et apprécie être en sa compagnie. Elle a décidé de retourner sur le continent.

24pxKenesha Silmäpyhä: Elle était l’esclave de Thorgan avant d’être adoptée par celui-ci, c’est aujourd’hui sa fille. Kenesha et Gharlok se sont rapprochés au fil du temps, une belle amitié. Elle est partie sans un aurevoir, que dois je en penser ?

Décédés

Bwapa : c’est lui qui a aidé Gharlok à être affranchis en lui écrivant sa lettre pour le Premier Consul, Gharlok lui en est grandement reconnaissant.



Thorgan Ahrondor : dès leur rencontre, le ton était donné… insultes et cris furent le démarrage d’une certaine forme…de respect et de confiance mutuelle. Une belle amitié a lié les deux hommes que tout opposait. Tu es parti comme tu as vécu, avec fracas.

Personnage louis profil.pngLouis Lindén: Tribun de la famille Loysto, Louis a été de bon conseil pour Gharlok. Quel stupide accident !


Les aventures de Gharlok à Esperia

  • Gharlok est laissé à lui-même par ses maîtres, heureusement, dans la forge où il travaille, se trouve également Heimdal, un autre esclave, qui l’aide.
  • Heimdal est affranchi et, comme il l’avait dit, s’empresse de retourner chez lui dans l’ancien monde, laissant Gharlok seul…
  • Gharlok rencontre Helkar, un mineur très sympathique, de suite ils s’entendent bien mais depuis quelques temps, on n’a plus de nouvelles de lui. Gharlok retrouvera son corps dans la mine, il est mort noyé.
  • Suite à sa demande, Gharlok est affranchis par le Premier Consul pour cause d’abandon par ses maîtres
  • Le travail dans la forge apporte satisfaction à Gharlok. Grace à son emploi, il rencontre de nombreuse personnes avec qui il lie des contacts, comme ce drôle de Thorgan.
  • Estrella est rentrée dans la vie de Gharlok comme une douce brise qui s’insinue partout…et qui vous fait frissonner sans savoir vous en empêcher
  • Maintenant Estrella et Gharlok vivent ensemble et ils semblent très heureux tous les deux…
  • Estrella et Gharlok se marient discrètement suivant le rite nordique le 26 juin 513.
  • Le 6 septembre 513, une esclave décède en couche laissant deux petites orphelines, Estrella et Gharlok n’hésitent pas un instant pour les adopter et devenir ainsi parents.
  • 17 juin 514, Gharlok est anéanti. Estrella est partie pour Golvandaar… Reviendras-tu ? Dois-je espérer ? Le vide est difficilement supportable mais une promesse a été faites…
  • Les mauvaises nouvelles ne viennent jamais seules. Aria est très mal depuis le départ de sa mère et Gharlok a été contraint de la laisser également rejoindre Golvandaar, elle est partie ce 2 juillet 514.
  • Seul... la solitude pèse énormément à Gharlok. Il se fait des idées sur le départ d'Estrella, n'ose plus prononcer son nom depuis son départ. Gharlok doute... surtout de lui-même.
  • Octobre 514 Achat du Manoir Lindén qu’il renomme en Manoir de « La Petite Fleur ».
  • Arrivée d’Arwen dans la vie de Gharlok.
  • 23 décembre 514. Toi aussi tu as fini par partir... Je ne t'oublierais pas Elena...
  • 15 janvier 515, la lettre tant redoutée est arrivée…Nos routes se séparent donc… Pour terminer d’assomer Gharlok, c’est ce jour que Kenesha a choisi pour s’enfuir sans un mot. Sont-ce les deux nouvelles de trop ?
  • 10 février 515 : Retour d’Estrella et arrivée d’Anykà. Emotions, cris, joies… trop pour Gharlok, le 16 février il est à bout et renonce. C’était sans compter sur la bienveillance d’une personne.
  • 16 février 515: Mort et renaissance…
  • 25 février 515: Te voilà repartie loin de moi…


Compagnons de Gharlok

Spooky

Spooky
  • C'est un chien très affectueux qui a besoin d'attention. Cependant, mou, il passera ces journées à dormir. Peureux et craintif, il a peur d'être seul mais il n'y a pas chien plus fidèle. Offert par Kenesha, Gharlok en prend soin.










Elfy

Elfy
  • Jeune chat blessé que Gharlok avait recueilli après qu’une personne l’ait envoyé à travers une fenêtre.










Histoire avant Esperia

« Gharlok, la commande sera-t-elle prête à temps ? »

« Oui Maître, encore 3 jours et ce sera fait » répondis-je. Maitre Spirot était un homme trapu d’une cinquantaine d’années au visage recuit par la forge. Il m’avait tout enseigné pendant ces années et j’étais aujourd’hui prêt à reprendre son commerce, j’allais devenir Maître forgeron… J’en étais fier. Cette commande pour la cité d’Aelin m’avait pris trois semaines de labeur, mais j’étais excité car j’allais moi-même partir livrer le fruit de mon travail. Moi qui n’avais jamais quitté notre clan plus de deux jours. J’allais bientôt faire un voyage d’un mois vers Aelin et, à mon retour, j’allais reprendre la Maîtrise de la forge.

« Que de changements dans ma vie ! » m’exclamais-je… je ne croyais pas si bien dire. Le travail de la forge me plaisait beaucoup, chauffer et frapper le métal pour lui donner toutes sortes de formes étaient plaisant, c’était un travail valorisant. Ces trois derniers jours m’avaient semblé très longs et la veille de mon départ, tout était chargé dans la charrette. Le lendemain, je n’aurais plu qu’à attaché notre bœuf. La nuit suivante, par la fenêtre je voyais la lune pleine et bien ronde et j’imaginais mon voyage pour m’endormir…

« Sois prudent, la route est longue mon ami »

« Oui, j’ai bien pris note de tous tes conseils et j’ai ton plan sur mon parchemin. A dans un mois … » Maître Spirot et d’autres du clan étaient venus saluer mon départ. La fille de Krogs, Maelis, m’avait même amené des dobitchous, ces gâteaux au miel que j’adore.

« Cette Maelis est bien mignonne, qui sait, quand je serais Maître forgeron je pourrais peut-être demander à Krogs pour lui faire la cour.» pensais-je.

Le voyage s’était déroulé sans encombre, j’avais scrupuleusement respecté le plan de Maître Spirot… D’abord traverser toute la campagne entre mon clan et le clan des « sangliers » ensuite ce fut l’ascension du mont Dagors réputé pour ses rochers qui font penser à des monstres la nuit venue. C’est après ce passage que la solitude commençait à se faire sentir, ça faisait plus d’une semaine que j’avais quitté les miens. Mais cette sensation fut de courte durée car venait d’apparaître devant moi la rive de l’Hyycelö et je devais longer le fleuve jusqu’à l’embarcadère, c’était le seul passage possible vers la rive sud. Là, j’allais probablement rencontrer des gens, tout au moins le passeur.

Une petite maison en bois était érigée au bord de l’eau, je la contournais pour arriver devant le bac. Il n’y avait personne…

« Y’a quelqu’un ? » criais-je, aucune réponse, si ce n’est l’écho de ma voix au loin.

« Oh oh. Personne ne vit ici ??? »

« He ! Pas b’soin d’gueuler com’ça » c’était le grommellement d’un géant qui venait de sortir de la cabane, il paraissait à moitié endormi.

« Bonjour m’sieur, je suppose que vous êtes le passeur. Je souhaite traverser »

« Mouais, y a qu’les p’tis gars du nord qui viennent m’ennuyer si tôt dans la saison. La Nivôse est à peine terminée. On voit qu’vous n’avez pas peur du froid vous »

Les nordiques sont réputés pour être résistant au froid mais il est connu que les clans les plus au nord comme le clan des ours, des sangliers et celui des loutres n’ont d’autre choix que de vivre avec la glace, en effet à part au Thermidor, la neige est présente quasiment en permanence dans ces contrées de grands vents. Situées entre les montagnes et La Raakavann. Lors de la traversée, le passeur s’est excusé de l’accueil mais il n’attendait pas de visite si tôt, il m’a dit que les premiers voyageurs habitués ne commenceraient à arriver au bac que dans quelques semaines. Le paiement effectué, je remerciais l’homme et reprit mon chemin. La deuxième partie de mon voyage se faisait dans la plaine entre les deux parties du fleuve qui se séparait en amont. Cette contrée aride s’étendait à perte de vue. La cité d’Aelin se trouvait sur une des rives sud du fleuve. J’avais commencé à la distinguer à l’horizon plus d’une journée avant d’y arriver. Aelin était bien humble à coté des cités du sud mais je n’avais jamais rien vu de pareil et cela me paraissait énorme. L’architecture du nord était bien présente, les bâtiments étaient en pierre et en bois mais ils étaient démesurés. Cela contrastait avec les ruelles étroites qui serpentaient. Une dame apparu au coin de la rue, je me dirigeai vers elle :

« Bonjour madame, pourriez-vous m’indiquer une auberge, s’il vous plaît »

« Prenez la première à droite par là »

« Merci »

Je repris ma route quand un cri derrière moi attira mon attention. Trois hommes discutaient avec la dame qui venait de m’indiquer le chemin mais elle avait l’air bouleversée. Le tableau était étrange, comme figé, la dame ne bougeait pas, je compris ce qui se passait lorsque je vis étinceler la lame qu’un des hommes avait à la main. «  Des mécréants semble-t-il » songeais-je.

Sans réfléchir, je me dirigeai vers le groupe et hélais les hommes qui, je l’espérais, à ma vue, allait fuir : « Et ! vous là, que se passe-t-il ? »

Malheureusement, il n’en fut pas comme espérer et les trois hommes se dirigèrent vers moi pendant que la femme partait en courant.

« Sympathique les gens ici, aidez votre prochain… »

Le premier homme tenta de me mettre un coup au visage que j’évitai tout en le frappant au bas-ventre avec mon genou.

Le second tenta de me porter un coup de couteau mais me rata…

« Où est le troisi… » trop tard, je m’effondrai du coup que je venais de prendre sur la tête.

Un rai de lumière m’aveuglait lorsque j’ouvrai les yeux. Je mis ma main devant le visage pour pouvoir distinguer quelque chose. J’étais couché à même la pierre et tout mon corps me faisait souffrir. Autour de moi, deux autres hommes étaient également étendus Nous étions dans ce qui semblait être une geôle. Un des individus tourna sa tête vers moi.

« Où sommes-nous » demandais-je

« Où veux-tu que nous soyons ? »

L’homme s’assit et me regarda avec insistance ;

« Nous sommes en prison, pardi ! T’es un drôle toi, tu agresses les gens et t’espères te réveiller à l’auberge. Ahaaaah »

« En prison ? Je n’ai agressé personne, j’ai juste aidé cette dame… »

« Tu pourras te défendre demain lorsque tu seras jugé, comme nous »

Ma tête bourdonnait, la souffrance était atroce, des ombres me brouillaient la vue… Je replongeais dans les ténèbres.

« He toi »

Je me trouvais toujours sur le sol et on me secouait avec le pied. Un homme habillé comme un garde se trouvait devant moi

« Toi le p’tit, suis-moi »

Je me levai et emboîtai le pas du garde, deux autres me suivirent. Nous marchâmes pendant quelques minutes dans des couloirs de pierre humides et mal éclairés avant de déboucher dans une grande salle remplie de monde. Sur une estrade au milieu de la salle étaient assis cinq hommes vêtus de noir. Arrivé devant cette estrade un garde me poussa violemment et je tombai à quatre pattes sur le sol.

« A genoux devant les chefs des Cinq Tribus »

A ce moment un des hommes en noir se leva

« Nous, chef de clan des Cinq Tribus d’Aelin sommes ici rassemblés pour rendre le Skuldir, la justice. Qui est le plaignant ? »

« Moi »

Un homme venait de se lever dans l’assemblée.

« Noble Restak, que se passe-t-il ? »

« Je suis ici pour défendre l’honneur de mon fils qui s’est fait attaquer par cet inconnu »

C’est alors que je distinguai, assis à coté de ce Restak, un des trois individus qui ont agressé la dame que j’ai défendue. Il avait un sourire sadique. Je compris que c’était le fils en question.

« Très bien Noble Restak. Alors l’inconnu pourquoi agressez-vous les braves habitants de notre cité »

« Je n’ai agressé personne » balbutiais-je. « C’est cet homme qui, avec deux autres, ont agressé une dame »

« Baliverne ! » Le Noble Restak venait de bondir de son siège « L’inconnu a agressé mon fils et, comme la loi lui autorise, celui-ci s’est défendu et l’a capturer pour le remettre aux autorités. Cette dame en est témoin » L’homme désignait la dame dont j’avait pris la défense, je compris en un instant que mon sort était dessiné. Mes jambes tremblèrent, je n’avais aucun moyen de prouver mon innocence.

Un des chefs de clan me regarda sévèrement puis dirigea son regard sur l’assemblée : « Je pense que cette histoire est assez simple. Que réclamez-vous, Noble Restak, pour dédommagement ? »

« Un châtiment exemplaire doit être donné pour que la paix de notre cité soit préservée. Les étrangers ne peuvent venir battre nos enfants en toute impunité. Je réclame donc l’individu pour le vendre comme esclave » Un grondement d’approbation montait de l’assemblée.

Quelques minutes plus tard, j’étais de nouveau jeté dans la geôle crasseuse que j’avais quittée avant cette parodie de justice. Il avait été décidé que je serais vendu à des marchands d’esclaves qui se rendaient, la semaine suivante, à Esperia.

Qu’allais-je devenir ?