Alkupera

De Wiki'speria
Aller à : navigation, rechercher
Alkupera
Nation Nation Adaarionne
Gentilé Alke, alkuperan(ne)
Villes



Politique

L’Alkupera est une région qui a, au cours de son histoire, été défavorisée au sein de la Nation adaarionne par rapport aux cités de la Maasydan.

On considère généralement que l’Alkupera est divisée en deux parties confrontées à deux situations très différentes: le nord entourant la cité de Svarstak et les plateaux du sud autour de Vesijuuri.

Svarstak et ses environs sont une région qui a toujours été riche grâce à ses lucratives mines de sel et d’alun. Svarstak s’est toujours considérée comme l’une des grandes cités de la chaîne adaarionne mais n’a jamais pu imposer son influence face à ses rivales comme le Laaksot et surtout Golvandaar. En outre, sa proximité frontalière avec la Zaraga et le Vahnamaa en ont fait une cible favorite des raids nordiques. Malgré la présence de forts de la garde frontalière, les environs voient de fréquents raids causer des ravages sur les routes et les villages isolés même si Svarstak elle-même demeure à l’abri. A la fin du cinquième siècle (499 est généralement considérée comme la date charnière), Svarstak est devenue le centre du mouvement kantaisäiste qui occupe depuis le gros de la politique svarstaki.

Le sud de l’Alkupera est une région comparativement plus pauvre et réputée plus agitée et violente mais aussi très peu menacée par les raids nordiques grâce à une frontière naturelle et la présence des zarègues. La criminalité y est notoirement plus importante mais aussi l’activité du mercenariat. Beaucoup d’alkuperans s’engagent ainsi dans le mercenariat comme escortes de caravanes dans leur région mais aussi pour toutes sortes de missions dans le Royaume Central au sud ou, très couramment, au sein de la Confédération zarègue.
Sur le plan de la haute politique, une minorité d’alkuperans ont des affinités avec Svarstak mais la plupart sont des patriotes de la Nation adaarionne. La religion, bien que très présente dans le quotidien des gens, n’a que peu d’influence politique.

Évènements récents

Depuis 506, l’Alkupera a vu sa partie nord fortement agitée par la montée du mouvement kantaisäiste et sa prise de pouvoir dans la cité de Svarstak. Depuis, le nord est plongé dans l’agitation avec des confrontations entre loyalistes du sud (et une minorité au nord) et les kantaisäistes du nord.

Sécurité

La région est fortement patrouillée par les milices locales, la garde montagnarde et les rajavartis (garde-frontières). Cependant la sécurité y laisse tout de même à désirer. Dans le nord, des bandes de fanatiques (kantaisäistes ou monachistes) commettent divers crimes (parfois par accident lorsqu’ils s’affrontent) tandis que des raids vaahvas ont souvent lieu. Dans le sud, le banditisme et la criminalité sont importants.

Géographie et climat

L’Alkupera est la deuxième région la plus occidentale de la chaîne adaarionne après la Kivie. Elle est entourée au nord par le Vahnamaa, au nord-ouest par l’Harigkullen, à l’est par la Maasydan, au sud par les Marches et à l’ouest par la Zaraga.

La région se divise en trois parties. Le nord, une grande vallée et le sud. Les deux sont séparés par une grande vallée s’étirant des zones frontalières de la Zaraga jusqu’à proximité de Golvandaar
Le nord est une région composée de nombreuses hauteurs entrecoupées de larges vallées avec de nombreux points de passage possible vers les Maahvitts. On y trouve de nombreux torrents entrecoupés de lacs de montagne. La végétation composée principalement de forêts de conifères au nord et à l’ouest de Svarstak demeure cependant très sauvage.
La grande vallée commence à l’ouest derrière des montagnes la séparant de la Zaraga. La vallée étroite s’agrandit au fur et à mesure que plusieurs rivières commencent à alimenter une grande rivière affluente de l’Heimild: la Tyynaiti. La vallée fertile continue jusqu’à proximité de Golvandaar tandis que la Tyynaiti tombe en grandes cascades dans les Marches pour alimenter l’Heimild plus au sud.
Le sud est tout d’abord marqué par une haute chaîne de montagne le séparant de la Zaraga en dehors de deux passes de montagnes tenues par Fort Doomagon et Portaki. Le reste de la région est composée de plusieurs hauts plateaux et de vallées creusée par des rivières se jetant dans la Tyynaiti.

Lieux d’intérêts

  • Lac des vingt chutes: non loin de Vesijuuri se trouve un lac surmonté par des falaises. Le lac est le lieu de convergence de plusieurs rivières se divisant sur les falaises, créant les “vingt chutes”. Le lieu a également une nature luxuriante et est reconnu comme une merveille naturelle. On y trouve à proximité un petit ermitage dotés de thermes et offrant des cures par baignades dans le lac.
  • Pont de Svarstak: le pont surmontant le ravin de Svarstak est reconnu comme une véritable merveille architecturale. Bien que simple, son existence et emplacement est un motif de fierté. En outre, le pont a une importance religieuse et historique. Lors de l’Unification adaarionne, c’est sur ce pont que Banson soumit la cité par un défi à ses chefs après que les négociations se soient écroulées.
  • Ruines d’Arrajoki: ruines d’une grande citadelle installée à la naissance de la Tyynaiti sur la grande route menant à Golvandaar. La citadelle était une cité et forteresse majeure de l’Empire Suuri mais fut détruite et abandonnée durant la guerre civile suuri. Le lieu était, comme Masakis dans la Maasydan, un point de passage des mercenaires nordiques envoyés au sud pour contribuer aux guerres impériales. La citadelle a cependant été largement pillée pour ses pierres taillées et il n’en reste aujourd’hui presque rien sinon des restes lugubres.

Ressources naturelles

Sol

  • Alun: l’alun est présent en grandes quantités dans le nord. L’alun est très utilisé dans les cosmétiques et l’hygiène mais aussi pour ses propriétés alchimiques essentielles pour la réalisation de teintures et pigments.
  • Fer: le sud abrite de grands dépôts de fer fortement exploités.
  • Hématite: l’hématite est un minéral communément trouvé près du fer mais est particulièrement abondant dans les roches ferreuses de l’Alkupera. Il est utilisé comme teinture et peinture rouge ainsi que comme poudre cosmétique.
  • Or: les rivières du sud de la région sont aurifères. Le précieux minerai est toutefois un monopole du Monastère adaarion.
  • Sel: le sel abonde dans toute la région mais les gisements sont surtout exploités autour de et à Svarstak dans le nord. L’abondance et la productivité de ces gisements en font l’une des sources majeures du sel continental.

Faune

  • Auroch des vallées: l’auroch des vallée est une variété locale de la vache connue pour ses larges et longues cornes, sa viande coriace mais très goûtue, de bonnes capacités laitières et une peau poilue fournissant une source de cuir de qualité raisonnable. Il ne peut cependant être élevé que dans les basses vallées et pas de manière intensive, ce qui fait que les villages montagnards ne peuvent en posséder que de petits troupeaux.
  • Grand-Suuri: le Grand-Suuri est un chien de taille moyenne aisément reconnaissable par son épaisse fourrure, ses oreilles arrondies, sa queue touffue et recourbée et sa langue bleue. Intelligent, il fait un excellent chien de compagnie et sa solide constitution lui permet de servir de chien de traîneau dans les hauteurs de la chaîne adaarionne. Son aspect léonin inspira les statues des holhoojas et en fit à son époque le symbole de l’Empire Suuri. Il reste encore aujourd’hui un chien très populaire au sein de la nation adaarionne.
  • Sacré Adaarion

Flore


Modes de déplacement

Les grandes villes de la région sont inter-connectées et permettent de se rendre aisément vers Golvandaar et Lissenbot à cheval ou en charrette. Les différentes bourgades de la région sont généralement accessibles par de petites routes de montagnes accessibles avec de petites charrettes, des mules ou des chevaux au pas. Une telle route permet notamment de voyager entre Svarstak et Hycolus dans la Maasydan. Le reste de la région n’est accessible qu’à pied ou pas du tout et il n’existe pas d’autres routes vers la Maasydan ou les Marches.
L’ensemble des rivières sont soit trop agitées, soit trop petites pour naviguer.

Économie

L’Alkupera est une région économiquement active mais peu riche à l’exception de Svarstak. Le contrôle des richesses y appartient traditionnellement à certaines corporations réputées corrompues, des notables locaux mais aussi des groupes criminels. La population bénéficie donc peu de la richesse de son sol.

L’agriculture est une importante activité dans les plateaux du sud et dans des fermettes familiales le long de la Tyynaiti mais est presque inexistante dans le nord. Les rivières et lacs permettent aux locaux de pratiquer la pêche occasionnelle. L’élevage et la chasse se pratiquent également ainsi que l’exploitation forestière dans le nord. Cette dernière a aussi engendré de nombreuses scieries activées par les nombreux torrents de montagne de la région.
L’activité minière est extrêmement importante dans la région. Le nord exploite massivement des gisements de sel mais aussi d’alun, deux ressources largement exportées. Dans le sud, il existe de nombreuses mines de fer et d’hématite sous contrôle de corporations ou de notables locaux. Enfin, les rivières des hauteurs sont riches en or et sont exploitées par diverses corporations sous contrôle direct du Monastère Adaarion, une source de richesse pour Golvandaar mais également de travail pour les locaux.

La région possède un secteur artisanal modérément important dans ses villes. Svarstak possède un peu de tout mais produit surtout du matériel et des produits à base d’alun (dont la teinture rouge à base d’hématite). Dans le sud, la ville de Vesijuuri possède des forges où l’on produit différents outils mais aussi des armes et armures. La ferronnerie occupe ainsi de nombreux locaux sous contrôle de corporations.

Sur le plan commercial, la région est le point de passage forcé pour commercer avec la Confédération zarègue, commerce peu lucratif mais qui occupe beaucoup de locaux, surtout à Portaki. La nation adaarionne a toutefois imposé de nombreuses restrictions mais de très nombreux alkuperans se sont redirigés vers la contrebande. Pour le reste, le commerce de la région est entièrement dirigé vers Golvandaar pour se rediriger vers le reste de la chaîne adaarionne ou vers Maailmanovi pour s’écouler dans le reste du continent.

Sur le plan des services, la région est peu développée. Beaucoup d’alkuperans se tournent vers les armes, que ce soit comme mercenaires pour le compte des zarègues, des capitalins ou ailleurs ou comme soldats au service de la Nation adaarionne, fournissant un pan non-négligeable des soldats du pays. La criminalité sous toutes ses formes est aussi omniprésente dans la région, notamment à Portaki où la prostitution et les jeux d’argents - interdits par les lois adaarionnes - sont notoirement très présentes. Les métiers d’érudition sont généralement limités aux monastères locaux.

Population

L’Alkupera est une région assez homogène avec une population adaarionne alkuperanne. Le sud est plus hétérogène et abrite de fortes minorités capitalines ainsi que de zarègues. Ces trois populations se marient entre elles plus que couramment et les nouveaux venus sont relativement bien assimilés après deux générations.

Situation qadjaride

La partie sud de l’Alkupera est fréquemment fréquentée par des qadjarides asentanis qui y organisent de nombreuses foires qadjarides très populaires. Ils ont souvent de nombreux contacts avec les criminels locaux mais surtout les contrebandiers commerçant avec la Confédération zarègue.
Les qadjarides sont assez tolérés et plusieurs clans sédentaires vivent dans le sud.

Villes et villages

L’Alkupera ne compte qu’une seule ville majeure située dans sa partie nord qui, pour l’essentiel, est peu développée à la frontière avec les Maahvitts. Le sud et la vallée centrale sont bien plus habités avec des bourgs et villages mais très peu de véritables villes.

Villes

  • Portaki: petite ville du sud-ouest. La ville est construite à l’abri d’un fort des rajavartis (garde-frontières) dans l’une des deux passes permettant d’accéder à la Zaraga. Côté zaragan, la ville est célèbre pour n’être accessible que par une route semblable à un escalier zigzaguant sur une pente escarpée jusqu’aux portes du fort.
  • Svarstak: grande ville du nord. Construite dans et autour d’un grand ravin, la cité est célèbre pour ses mines de sel et d’alun ainsi que pour le mouvement kantaisäiste.
  • Vesijuuri: petite ville du sud. Centre de l’activité minière, la cité possède de nombreuses forges.

Villages

  • Haus: bourgade de l’est de Svarstak pratiquant l’élevage, l’exploitation forestière et de l’agriculture. Il s’agit d’un bastion monachiste opposé au mouvement kantaisäiste.
  • Pasina: bourgade des plateaux du sud. Il a une importante production agricole et est célèbre pour sa bière.
  • Valeth: village du nord détruit par un raid en 512 lors de la guerres des marches.

Autres

  • Ermitage de Molijarvi: ermitage situé près du lac des vingt chutes doté de thermes et fournissant des cures thermales.
  • Fort Kmaani: important fort situé au nord-ouest de Svarstak. C’est le centre des rajavartis de l’Alkupera même si ses résidents sont largement incapables d’assurer une totale surveillance du nord contre les raids vaahvas.
  • Fort Doomagon: petit fort de l’ouest protégeant l’une des deux passes permettant d’accéder à la Zaraga. Contrairement à Portaki, ce n’est qu’un petit fortin des rajavartis (gardes-frontières).

Culture

La culture de l’Alkupera est essentiellement adaarionne mais est distincte principalement par sa vie plus défavorisée et sa moins grande stabilité. Les alkuperans sont généralement moins polis et l’on y a un peu plus souvent recours à la violence ou aux invectives

Traditions spécifiques

Religion

L’Alkupera a pour religion dominante le monachisme. Il existe quelques minorités phalangistes parmi les immigrés capitalins dispersés et sans former de communauté. Le nord et la région de Svarstak sont actuellement dominés par le mouvement kantaisäiste même si il existe un fort bastion monachiste à Haus.

Gastronomie et biens typiques

Boissons

  • Bière de Pasina ou “Pasina”: bières de monastère brassées à Pasina par les locaux ou le monastère local. La recette est partagée localement et existe en trois variantes: une blonde, une brune double et une brune triple. Ce sont des bières assez fortes.
  • Cidre de glace: cidre sucré, doux et liquoreux. Comme le vin de glace de la Maasydan, il se fabrique à partir de fruits glacés. Les pommes sont laissées sur l’arbre pendant la Nivôse et pressées à l’état gelé. Le nectar ainsi récolté est ensuite fermenté durant plusieurs mois. Ce cidre est coûteux puisqu’il nécessite le quadruple de pomme pour la même quantité de cidre que le cidre normal. Il est donc considéré comme une délicatesse.

Plats

  • Pâtés: les pâtés de viande sont très populaire dans l’Alkupera et existent en de nombreuses variétés. Ce sont des pâtés de porc, de gibier ou de volaille pour la plupart.
  • Nahmusti: pâtisserie à la pâte brisée en forme de chausson fourrée aux myrtilles et aux mûres.
  • Truite marinée: tranches de truites marinées dans du vinaigre avec des oignons frais. Cette délicatesse d’origine zarègue est très appréciée dans l’Alkupera mais est considérée comme détestable ailleurs dans la nation adaarionne à cause de sa forte odeur.

Produits

  • Sel de Svarstak: le sel minéral de Svarstak avec ses reflets légèrement bleutés sont très utilisés et très connus de par le continent.

Trivia