Zaraga

De Wiki'speria
Aller à : navigation, rechercher
Zaraga
Nation Tribus Vaahvas
Gentilé Zaragan, Zaraganne
Villes



Politique

La Zaraga est l’une des régions du Nord depuis sa reconquête en l’an 327. Depuis cette époque, les chefs de tribus de Baenum Sigur se sont auto-proclamés dirigeants légitimes du Nord, arguant qu’ils avaient uni celui-ci contre l’Empire et fait de la cité capturée sa capitale. La réalité n’a cependant jamais rattrapé cette vision qui continue d’occuper les esprits de la cité zaraganne. Cette attitude est la raison pour laquelle les zaragans se comportent de façon belliqueuse et impérieuse au sein du Liitto vahvan, prenant de haut le Nord tout entier. Les rares chefs de tribus de clans ne venant pas de Baenum Sigur n’ont guère la parole et sont généralement reniés en bloc à cause de la mauvaise réputation des chefs de Baenum Sigur.

Dans la Zaraga, les clans et tribus fonctionnent généralement sur une base familiale: le pouvoir revient à ceux qui ont le plus d’ancienneté (père ou mère) en ligne directe, ce qui donne un effet de gérontocratie. Les prêtres sont rarement invités à se joindre au pouvoir. Par contre, la tradition nordique zaragane veut que les dirigeants aient versé du sang capitalin. Ainsi, la Zaraga envoie couramment des jeunes en raid dans les Marches et les cas où des chefs sont parvenus à obtenir le respect de leur clan ou tribu sans avoir les cicatrices de la guerre avec le Vieil ennemi se comptent sur les doigts d’une main.

Géographie et climat

La Zaraga possède un climat nordique, mais la vie y est nettement plus supportable que dans les trois autres régions nordiques située au nord. Elle s’arrête au niveau de la Kivie et des Marches au Sud, à l'Alkupera à l'est et à la Zaraga au nord, fleuve dont la région tire son nom. Le territoire est composé de landes et de forêts. Le sol est relativement fertile et parfait pour l’agriculture et l'élevage à un niveau raisonnable.

Lieux d’intérêts

  • Khalkin: site de la bataille de la Zaraga qui vit la dernière grande victoire impériale dans la région face à une gigantesque force nordique. Un monument immense y commémore la victoire, incrusté d’un poème guerrier à double sens pacifiste écrit par Jans de Lurer. Le monument a été laissé en place mais les armoiries impériales et les statues ont été remplacés par des pierres vahnamaates portant toutes la même inscription en nordique: “victoire”. On y retrouve encore des morceaux d’armures, d’armes ou de cadavres ainsi que des charniers sur lesquels fleurissent quantité de fleurs. Les Nordiques la nomme “plaine des fleurs sanglantes”.

Ressources

Sol

Faune


Flore

  • Le pleur sanguin: une rose rouge aux veines noires. Elle ne pousse que dans les environs de Khalkin. La rumeur veut qu’elle soit pleine du sang des guerriers nordiques. Il est plus probable qu’un paysan facétieux ou poétique ait réalisé un croisement de rose et l’ait planté dans ce sol particulièrement fertile.


Economie

La Zaraga possède un sol relativement fertile qui lui permet de subvenir à ses besoins, de produire des aliments d’agrément comme des fruits ainsi que d’offrir un excellent pâturage à du bétail dont des moutons à la laine de grande qualité. Ces “richesses” leur offre également l’accès à l’import des ressources des autres régions du Nord à des taux plus avantageux que ceux que l’on trouve à Uuroggia.

Population

Les habitants de la Zaraga se nomment les Zaragan(ne)s. Si le peuple est homogène à Baenum Sigur où tous sont Nordiques de pure souche, la campagne possède diverses communautés très isolées d’Huras, de Capitalins et d’Adaarions.

Les Nordiques locaux sont particulièrement xénophobes envers les peuples du sud, méprisants envers le reste des nordiques, égocentriques, hédonistes, anti-intellectuels, précieux et avares. En dehors de Baenum Sigur, toutefois, les gens sont plus sympathiques et humbles, voire trop avec un sentiment partagé d’oppression (encore plus fort dans les communautés non-nordiques).

Villes et villages

L’urbanisation de la Zaraga est faible en dehors de Baenum Sigur, une importante cité au centre la province composé d’un centre bâti selon le style capitalin et d’une périphérie typique du Vahnamaa et du Kinemaar. On y trouve également de nombreuses ruines de fortins de style très variés (Hura, phalangiste, capitalins) ainsi que de monastères missionnaires adaarions. L’exemple le plus célèbre est Varovaisuus ou Fort Prudence.

  • Baenum Sigur: Anciennement, le nom de cette ville était "Septentrion", cette ville fut créée par les impériaux. La ville a été reprise par les Nordiques en l'an 327 et a été renommée Baenum Sigur, qui signifie "la cité victorieuse" en Nordique. La ville possède une architecture impériale qui a été conservée comme preuve de la victoire nordique. Elle est entourée de nombreux quartiers typiquement nordiques, eux. Pour les locaux, il s’agit de la capitale du Nord tout entier.
  • Varovaisuus: Anciennement Fort Prudence, Varovaisuus est un vestige du passé au sein de la Zaraga. Construit par une force Hura et phalangiste lors de la période impériale de la région, il s’agit d’une forteresse au Nord-Est de Septentrion ayant pour but de protéger la région de toute incursion nordique. Petit-à-petit, des nordiques pro-Empire et de rares colons s’installèrent aux alentours pour profiter de cette protection. Le Fort devint même légèrement prospère. Lors du retrait impérial, un contingent phalangiste y demeura pour protéger la population mais fut exterminé lors d’un siège brutal. Aujourd’hui, il s’agit d’une ruine périodiquement habité par d’irréductibles descendants de colons et de nordiques impérialisés jusqu’à ce qu’un raid de jeunes zaragans de Baenum Sigur les en déloge pour se faire la main. En dehors de ces attaques, il s’agit d’une petite ville à la vie rude.

Culture

Gastronomie

Religion

Le Culte des Déesses des Sept Mers est majoritaire et dominant à Baenum Sigur. Le culte d’Arbitrio de rite phalangiste ou adaarion est visible dans les villages. Cependant, on ne trouve ni commanderie, ni abbaye, ni monastère, ni maison de charité. Les institutions religieuses étrangères sont absentes de la région.