Epilègue

De Wiki'speria
Aller à : navigation, rechercher
Informations
Nom Epilègue †
Sexe Homme
Naissance 293
Décès 339
Fonction & Croyance
Rang Écumeur
Fonction Roi écumeur
Faction Royaume d’Ocolide
Religion Culte iconodoule
Origines
Ville d'origine Sohdes
Région d'origine Archipel ocolidien
Nation d'origine Lig Ocolide


Epilègue fut un célèbre écumeur qui parvint à unifier l’archipel ocolidien et à former le Royaume d’Ocolide.

Biographie

Peu de choses sont connues autour des origines d’Epilègue. On situe le lieu de sa naissance à Sohdes en 293.

Au début des années 330, il devient capitaine d’un navire écumeur et parvient à mener de nombreuses attaques contre des navires passant le détroit de Medeva. Il profite alors de l’Interrègne pour s’enrichir par de plantureux butins. Ces succès lui permirent de réunir autour de lui une imposante flotte et à cultiver des liens un peu partout dans l’archipel ocolidien. A partir de 335, il commença à utiliser ses moyens pour éliminer ou soumettre différents nantis de l’archipel et à s’en prendre à d’autres écumeurs, les forçant à entrer dans sa flotte ou à mourir. Cette période fut connue sous le nom d’unification ocolidienne et s’acheva sur sa victoire en 340 et la soumission pacifique des îles manarades à son autorité. Cette année-là, il s’auto-proclama Roi écumeur et fonda le Royaume d’Ocolide (parfois aussi surnommé Royaume des Ecumes) avec Ocolide pour capitale.

Par ambition démesurée ou voyant une opportunité face à un Royaume Central dévasté par l’Interrègne, il décide de commencer une invasion de Medeva en 337. L’acte majeur de cette invasion est le siège d’Indubal. Son action fut d’abord couronnée de succès: les navires capitalins situés dans la région furent coulés et une fois sur les terres, plusieurs villages medevans se soumirent à son autorité et contribuèrent à lui fournir les vivres pour mener à bien son siège. En outre, le Royaume Central ne dépêcha pas d’armée au sud pour l’écraser, forçant Indubal à se débrouiller pour assurer sa survie.
Durant deux années, il parvint à maintenir le siège et à tenir tant bien que mal l’archipel ocolidien sous contrôle malgré son impossibilité de percer les murailles d’Indubal et l’émergence des franc-marins opposés à son autorité.
Au début de l’année 339, un dernier messager fut envoyé alors que la situation empirait à Indubal et que des émeutes éclataient presque quotidiennement. Celui-ci parvint à traverser les lignes ocolidiennes et à gagner Garildi où se trouvaient les troupes de la Terrenarchia liure. Il les alerta de la situation et un accord fut trouvé. Il fallait cependant agir vite pour convaincre les indubalis de ne pas se rendre. Le messager fut alors renvoyé rapidement tandis que les troupes et navire terrenarchiques se mettaient en route. Cependant, en tentant de regagner Indubal, le messager fut capturé et amené à Epilègue. Celui-ci lui fit un offre. Si le messager annonçait à la cité qu’aucune aide ne viendrait et que la Terrenarchia liure les avait abandonné comme les troupes royales, il le couvrirait d’or. Le messager accepta. Il fut attaché à un poteau dans ce qui est aujourd’hui l’emplacement des champs qadjarides. Les indubalis se pressèrent sur les murs. Après un moment de silence, le messager hurla aux indubalis qu’une armée arrivait et qu’en aucun cas ils ne devaient se rendre. Le messager fut transpercé par les lances des ocolidiens tandis que les défenseurs indubalis hurlaient et insultaient les troupes d’Epilègue.

Dans les semaines qui suivirent, les troupes terrenarchiques arrivèrent et de rudes combats eurent lieu en mer comme sur terre. Après une défaite navale dont seuls quelques navires ocolidiens parvinrent à fuir, les Ocolidiens sous le commandement d’Epilègue furent forcés à un dernier carré face aux forces combinées des défenseurs indubalis et des troupes terrenarchiques. La bataille fut rude mais Epilègue parvint avec une partie de ses écumeurs à percer les lignes adverses. Il prit la fuite avec eux, abandonnant son armée au massacre. La fuite fut cependant de courte durée et après une traque de deux jours, Epilègue et les survivants de son armée furent massacrés.

Dans les mois qui suivirent sa mort, les révoltes de la population et les attaques des franc-marins causèrent l’effondrement du Royaume d’Ocolide.

Sépulture

Sa dépouille se situe à Indubal dans un tombeau inaccessible sous la Rostre qui abrite les éperons des navires coulés de sa flotte.

Héritage

Bien que rien ne soit resté de son Royaume d’Ocolide, Epilègue constitue une figure importante dans l’histoire continentale.

Son histoire a défini l’image des écumeurs dans l’archipel ocolidien comme négative et comme un véritable danger sur les mers du sud-ouest pour les continentaux. Il a aussi fondamentalement transformé la vie navale ocolidienne en faisant émerger contre lui les franc-marins.

Sur le plan politique, il a terni toute idée d’unification de Lig Ocolide et y a fait émerger un sentiment anti-royal très fort, notamment au travers de la devise courante des franc-marins “Nous ne servons aucun roi”.
Sur le continent, ses actions ont contribué à maintenir l’implication de la Flotte Royale dans les mers et à développer l’intérêt de la Terrenarchia liure pour les ports militaires d’Indubal et d’Iona. Il fut aussi utilisé comme un argument officiel pour lancer l’Entreprise de Gastaphedes.

Réputation historique

Epilègue est généralement considéré comme un sanguinaire écumeur doté à la fois d’une confiance aveugle en ses propres capacités et une ambition sans borne. On le décrit comme charismatique, beau et même intelligent mais aussi profondément cruel, dénué de toute compassion envers ses propres fidèles, obsédé par sa propre personne et ne servant que ses intérêts.

A Sohdes, il existe une vision plus ambivalente à son sujet, partagée entre une certaine fierté qu’un homme si important dans l’histoire soit issu de leur ville et une certaine honte à cause de l’image qu’il véhicule. Certains Sohdiens ne l’appréciant pas considèrent même l’idée qu’il soit originaire de leur ville comme un mensonge et disent qu’il est né ailleurs (souvent Ocolide).

Apparence dans les arts et récits

Epilègue est généralement représenté comme un bel homme de grande taille et de solide constitution. Ses visages ont les traits carrés. Il est représenté le plus souvent avec des cheveux blonds coupés courts et rasé.

Trivia

Précédé par Epilègue Suivi par
Inexistence du titre Roi écumeur

335 - 340

Disparition du titre