Archipel Ocolidien

De Wiki'speria
(Redirigé depuis Archipel ocolidien)
Aller à : navigation, rechercher
Archipel ocolidien
Nations Lig Ocolide
Manarades
Gentilé Ocolidien, ocolidienne
Villes


L’archipel ocolidien est l’ensemble composé par les îles ocolidiennes et les îles manarades mais désigne le plus souvent les premières puisqu’ils constituent l’immense majorité de l’archipel.

Politique

L’archipel ocolidien constitue un terrain politique extrêmement complexe et instable. Il contient tellement de factions et de localités indépendantes qu’on peut parler d’anarchie. Les syndics et caids sont ainsi en constant affrontement pour le contrôle de villes ou de simples villages mais aussi pour leur propre maintien en place. Nantis, ambitieux et chefs de bande sont nombreux à chercher à profiter de l’absence de lois de succession pour s’établir comme chefs locaux. A ces conflits internes aux îles s’ajoutent également les actions des différentes chartes de franc-marins dont les intérêts touchent plusieurs îles et dont les syndics tentent généralement d’obtenir les faveurs mais aussi les écumeurs qui perturbent commerce, déplacement, pêche, politique et toute autre activité.

Seuls quelques lieux ont un semblant de stabilité: Gastaphedes, Lamaille, Sohdes, le puissant port de Fiera mais aussi la confédération des manarades. Actuellement, la politique est également légèrement stabilisée par l’existence du Qartaire empêchant que les dirigeants de certaines des plus puissantes îles ne s’affrontent.

Sécurité

La sécurité est très faible dans l’ensemble de l’archipel ocolidien. En mer et sur les côtes, les écumeurs, qu’ils disposent d’un véritable équipage ou qu’ils soient une simple paire d’individus armés en barque, harcèlent les villages, les caboteurs et les pêcheurs. Des raids sont parfois également fait par des navires de franc-marins ou appartenant à un nanti.

Dans les villes, la sécurité est variable mais est généralement faible à moins d’être commode, de disposer des moyens d’assurer sa propre sécurité ou d’être sous la protection d’une quelconque bande ou nanti.

Dans les villages intérieurs, la sécurité est moins un problème que sur les côtes mais des brigands émergent fréquemment en attaquant les plus isolés ou en tentant de prendre le contrôle d’un village et de s’y établir caïd.

Les îles manarades connaissent les mêmes problèmes mais de façon moins aigues à cause de leur isolement à l’ouest de l’archipel.

Géographie et climat

L’archipel ocolidien est un vaste ensemble d’îles de tailles variables et diverses. Cet ensemble est centré autour d’une mer centrale où se trouvent des volcans dont le plus important est l’immense Vounakapnos dont les éruptions (espacées de plusieurs années) animent la vie des îles environnantes. Le reste de l’archipel est cependant très fréquemment touché par des tremblements de terre. Seules des îles reculées comme les îles manarades, Gastaphedes ou la Sablière ne sont pas touchées par ce phénomène.

Le climat de l’archipel se divise en quatre partie. La partie nord-ouest est plutôt tempérée et très humide. Il y neige fréquemment au cours des mois les plus froids de la Nivôse. Le nord et l’est, quant à eux, profitent du climat chaud et sec de Medeva. Le sud-est est encore plus chaud avec de nombreuses îles désertiques. Le centre a un temps plus variable selon les années, les vents et les éruptions volcaniques. Globalement, il y fait chaud et relativement humide.

La plupart des îles de l’archipel sont de petite taille mais certaines sont suffisamment larges pour abriter une certaine population et comptent plusieurs localités.

Liste des îles de l’archipel

Ces listes ne sont pas exhaustives.

Îles ocolidiennes habitées

Îles manarades habitées

Îles inhabitées

Ressources naturelles

Sol

Le sol de l’archipel ocolidien est relativement pauvre en ressources bien qu’il existe de petites mines et carrières dans certaines îles de l’archipel comme Tamique ou l’île de Gastaphedes. Dans son centre, les roches volcaniques sont cependant abondantes.
Malgré sa pauvreté minérale, la terre ocolidienne est généralement très fertile.

Eaux

Les mers ocolidiennes abritent une large variétés d’espèces et sont très poissonneuses. On y trouve notamment des poulpes dont on extrait de l’encre, des tortues dont on prête à la chair comme à la carapace diverses vertus (souvent fantaisistes) des huîtres perlières (bien plus exploitées) mais aussi de grands animaux marins tels que les requins, les dauphins ou les narvals.

Faune

La faune varie beaucoup d’une île à l’autre mais l’archipel contient très peu de bétail continental (vache, chèvre, mouton, volaille) ou de chevaux, faisant de la faune maritime l’une des principales source de nourriture.


Flore

L’archipel ocolidien possède une certaine diversité dans sa flore. Le pin est omniprésent dans ses forêts, suivi par le cèdre et le chêne. Sur les côtes, les palmiers et cocotiers sont très présents dans les îles au temps chauds. On trouve aussi une diversité d’autres plantes selon les îles.
En outre, l’archipel est riche de certaines espèces comme les piments, les plants de tabac et la canne à sucre qui poussent d’autant plus facilement de par la fertilité des sols.


Lieux d’intérêts

Modes de déplacement

Au sein de l’archipel, le principal mode de transport est le navire. Les caboteurs sont les maîtres des petits déplacements et du petit commerce. Leurs navires sont généralement de petites embarcations à peine plus grandes qu’une grosse barque et dotées d’une voile. Les plus riches disposent cependant de petites cogues.
La solution la plus sûre pour naviguer est de parvenir à embarquer (généralement à prix d’or) dans un navire franc-marin ou appartenant à un nanti. La solution la plus folle mais parfois nécessaire est de faire une traversée avec des écumeurs en espérant qu’ils ne vous tueront pas ni ne vous réduisent en esclavage.

Voierie

Au sein des îles, il n’existe aucune forme de voirie et les seuls chemins disponibles sont des bandes de terre battue. Ainsi, pour les côtiers, il peut être plus avantageux de prendre une barque pour se rendre à un village ou une ville voisine à condition de ne pas tomber sur des écumeurs.

Population

La population de l’archipel ocolidien est très diverses entre les ocolidiens issus du continent et les manarades plus homogènes.

Villes et villages

L’archipel ocolidien est faiblement habité et compte un certain de nombre de “ville” bien que la définition ocolidienne d’une ville soit très différente du continent. Les villes sont principalement des ports et comptent une forte portion d’habitants de passage (marins en tout genre et campagnards venus vendre ou acheter marchandises et services). Une grande ville ocolidienne n’a ainsi rien de comparable avec une ville continentale. L’archipel est donc principalement rural.

Villes

Lig Ocolide

  • Fiera: port ocolidien majeur et centre de la contrebande ocolidienne situé sur l’île Sequière.
  • Gastaphedes: cité fortifiée située sur l’île du même nom, connue pour abriter la Confrérie de Gastaphedes.
  • Jable: port pauvre mais offrant de nombreux divertissements, situé sur l’île du même nom. Connu pour être presque toujours ouverte aux écumeurs et en partage la réputation sulfureuse.
  • Lamaille: port important pour ses chantiers navals et le fait que son emplacement est tenu secret. Il est situé sur l’île du même nom.
  • Ocolide: principal port de l’île du même nom et plus grande et populeuse cité de l’archipel ocolidien. Notoire pour son énorme instabilité.
  • Rada: petit port de l'île de Radenos. Connu pour ses exportations de nourriture et de bois, ses ruines et son instabilité chronique.
  • Sohdes: grande ville et important port. Sohdes est considéré et se considère comme la rivale d’Ocolide.
  • Sorab: port important de l’île Nira principalement réputé pour la sécurité du commerce local et le relatif bien-être de ses habitants. Les écumeurs y sont notoirement bannis.

Manarades

Villages

Lig Ocolide

Manarades

  • Marata: bourg portuaire de l'île de Melihab, centre du commerce manarade malgré sa faible taille.

Autres

Culture

L’archipel ocolidien abrite deux cultures bien distinctes: la culture ocolidienne et la culture manarade. Chaque île possède également ses propres caractéristiques locales.

Religion

Le culte d’Arbitrio est la religion dominante de l’archipel mais y existe sous la forme du culte des images pratiqués parmi les manarades et Lig Ocolide. Cependant, on y trouve aussi des minorités d’autre courant arbitrés par les réfugiés ou l’esclavage.

Trivia