Galdyr

De Wiki'speria
Aller à : navigation, rechercher
Galdyr
Nation Royaume Central
Gentilé Galdyri
Villes
 


Politique

Le Galdyr est l’un des quatre états provinciaux qui demeurent rattachés au Royaume Central par l’Impériale Autorité mais demeure autonome. Cependant, le Galdyr n’accorde pas plus d’importance que cela à cette autonomie. Pour la population comme pour les élites locales, le Galdyr est une région royale et l’unique raison pour laquelle ils n’ont pas choisi de se rattacher formellement au Royaume est le fait que l’Impériale Autorité procure divers privilèges et avantages aux fonctionnaires locaux pour garantir leur fidélité à la couronne. Aucun gouverneur galdyri n’a dés lors cherché à les abolir.

Le Galdyr a également un élément de culture politique locale important : le gouverneur s’y prend généralement pour le Roi en sa province. C’est une tradition qui existe depuis maintenant plusieurs décennies. Titres ronflants, luxe, décorum et autoritarisme sont les caractéristiques des gouverneurs locaux. L'actuel gouverneur, Eugène Bélénos n'échappe point à la tradition bien qu'il préfère se faire appeler "Seigneur Bélénos" du fait de ses origines partiellement huras.

Le Galdyr est calme dans sa politique mais les fonctionnaires se retrouvent souvent confrontés aux grandes familles de propriétaires de carrière de Marmorenca et aux bandes de criminels et contrebandiers de Cossaverdos. Ces confrontations se limitent généralement à des réformes et enquêtes fiscales plus ou moins efficaces pour les premiers et à une plus ou moins grande présence de gardes et miliciens à Cossaverdos pour les seconds. De son côté, la population est docile et peu revendicative, pardonnant assez facilement les frasques du gouverneur.

Iona est à part dans le jeu politique, appartenant à la République Marchande de Caroggia et les galdyris ne s’en mêlent pas.

Géographie et climat

Le Galdyr est une région située au bord de l’océan, elle se trouve entre la région d’Albunae au nord et celle de Medeva au sud.C’est une région relativement agréable à vivre. Malgré que le soleil soit plombant en Thermidor, il est très facile de s'abriter sous les arbres, ou de se reposer à proximité d'un des nombreux cours d'eau que compte la région. Ceux-ci ont d'ailleurs formé un relief atypique à la région, les uns formant des gorges dans le sol calcaire, les autres formant des vallées propices à l'établissement de petits hameaux. Ces multiples vallées sont pour la plupart remplie de forêts, composées majoritairement de chêne et de châtaigners, ou de quelques vignes. On trouve également, à proximité des villages, des petits champs et des prés appartenant souvent à une famille. Les rares endroits que les arbres n’ont pas atteint sont les sommets des plus hautes collines, lorsques qu’on se rapproche de la chaîne de montagne des Alcontes, qui sépare Galdyr et la Dione. A proximité de la mer, les reliefs sont moins prononcés et la forêt moins présente, mais le sol y est la plupart du temps moins fertile et plus sableux.

Lieux d’intérêts

  • Ruines du vieux Galdyr : on peut voir de temps à autres dans la campagne galdyri des ruines à demi-ensevelies et souvent recouvertes par la végétation. Souvent en grès et basalte, plus rarement en marbre, il s’agit de vestiges du vieux royaume galdyri détruit par les qadjarides. N’intéressant personne sinon d’occasionnels moines historiens, elles conservent leurs secrets.

Ressources

Le Galdyr possède un sol très fertile, propice à l’agriculture. Il possède d’énormes réserves de marbre et ses montagnes possèdent quelques ressources inexploitées.

Sol

  • Marbres : le nord-ouest de la province est particulièrement riche en “Marbre galdyri” (blanc veiné de gris), en basalte dans l’intérieur des terres ainsi que dans quelques marbres de couleur (rose veiné de blanc et rouge carmin) près de la côte.

Faune

  • Charrin : grand félin similaire au lion mais possédant une crinière uniquement sur sa nuque et le haut de son dos mais pas autour du visage. Ils sont également peu hostiles à l’homme et ne s’aventurent pas près des régions très peuplées mais attaquent parfois le bétail de fermes isolées. Il est le symbole du Galdyr.

Liste mise en travaux pour amélioration le 31/03


Flore

  • Le cèdre flairosa : essence de cèdre répandu dans le littoral du Galdyr. C’est le principal matériau de boiserie dans la région. Les galdyri utilisent son écorce comme encens traditionnel (qui a l’avantage d’éloigner les insectes et les nuisibles) et utilisent également ce bois pour fumer certains de ses produits, leur offrant un parfum bien à eux. Ils sont parfois nommés “arbres rayés” en raison du fait que les charrins et d’autres races de plus petits félins sauvages l’affectionnent pour se faire leurs griffes.

Liste mise en travaux pour amélioration le 31/03


Economie

La Galdyr est une région pauvre qui bénéficie très peu du commerce continental. En effet, Iona absorbe l’essentiel des échanges maritimes, le reste de la côte est inutile en raison des raids ocolidiens et Medeva, au Sud, n’offre pas davantage d’opportunités. Quant à la route commerciale qui relie Caroggia et les régions du Nord, elle passe par le Roment et la Dione. La région et son sol fertile se focalise essentiellement sur une agriculture vivrière et sur la revente de quelques excédents agricoles dans le Royaume central ou à Iona. Le vin galdyri est très vendu dans le Royaume central comme alcool du pauvre. Le Galdyr offre enfin divers produits du terroir goûtu mais pas assez pour leur garantir de la richesse : fromages, charcuterie, préparations à base de fruits. La seule exception au désastre ambiant permanent est Marmorenca dans le Nord-ouest et ses imposants gisements de marbre qui fournissent le Royaume central et divers riches bâtisseurs du continent.

Population

Les habitants du Galdyr se nomment galdyris. La population est très majoritairement galdyri de souche mais on y trouve également de très nombreux capitalins. Le Galdyr abrite également des communautés qadjarides et des descendants de colons qadjarides, du temps du Potentat. L’albinisme y existe en proportion faible mais néanmoins plus importante que dans les régions qui ne furent pas colonisées par l’Empire qadjaride. Quant à Iona, elle est cosmopolite.

Les galdyris sont de nature accueillante, joviale et patiente mais ils ont aussi une certaine fierté et peuvent se montrer tatillons. Ils sont aussi reconnaissables à leurs moustaches que la majorité des hommes portent. Une autre grande valeur pour les galdyri est la réciprocité : Si une personne abuse de leur hospitalité ou se montre froide à leur égard, cela sera fort mal vu, parfois au point de le prendre comme une insulte.
Pour eux, et contrairement aux trois autres Provinces, ils sont des sujets du Royaume Central et ont énormément de respect pour les institutions royales ainsi que pour les vestiges du temps de l’Empire. Enfin, ils ont un fort accent et détestent se voir demander de répéter.

L’accent galdyri

La façon de parler des galdyris est relativement éloignée de celle des capitalins. Leur prononciation est souvent chantante mais parfois légèrement nasillarde. Ils ont tendance a sauter très rapidement des syllabes - d’autant plus s’ils parlent entre eux - ce qui peut parfois rendre leur discours incompréhensible pour une oreille peu entraînée. Quelques mots simples sont également différents, on pourra par exemple entendre un galdyri dire “Ys” pour dire oui, ou si, ou bien dire “Us” pour dire non. Ils ont également un penchant pour les mots familiers, et ce même parmi la bourgeoisie, ce qui peut paraître étonnant pour des non-galdyris et contribue à les faire passer pour des “paysans”.

Villes et villages

L’urbanisation du Galdyr est assez faible mais c’est la plus urbanisée des quatre Provinces, suivie de la Dione. Guevrac et Marmorenca sont les seules villes importantes au-delà de leurs environs et Iona est souvent considérée comme étant un cas à part. Le reste de la région est composé de villages isolés entourées de fermes familiales.

  • Iona : Iona est une île au large de la côte de Galdyr. L'île est entièrement urbanisée et constitue un énorme port fortifié. Il fut construit par l'Empire Central à partir de l'an 196 pour protéger les côtes galdyris et medevanes contre les écumeurs ocolidiens. Elle abrita même une flotille battant pavillon phalangiste Au fur et à mesure de la dégradation de l'Empire, Iona a perdu de sa superbe. Au cours du cinquième siècle, les Caroggians y ont conquis de l'influence avant de racheter l'île au Roi en 464.
  • Guevrac : capitale historique de Galdyr, elle existait bien avant l’Empire Central et l’Empire Qadjaride. Elle fut, en des temps antiques, la capitale d’un royaume établi en Galdyr. Depuis cette époque, cependant, la ville fut détruite de nombreuses fois et n’est aujourd’hui qu’une ville de taille moyenne, sans grand prestige. Elle est le siège actuel des fonctionnaires du Royaume Central et profite donc tout de même des avantages (et inconvénients) qui suivent ce statut.
  • Marmorenca : ville située dans le Nord-Ouest de la province, Marmorenca est une ville minière très active qui vit de ses gisements de marbre. On y trouve quelques manoirs de familles galdyris ayant fait fortune dans les carrières de marbre. La ville est aussi séparée entre quartiers d’habitants libres dont une large partie travaille dans les bonnes carrières et le quartier des esclaves mineurs, le “Terril”.
  • Méridion : ville située au centre de la province, Méridion fut fondée par l’empereur ** pour être le pendant dans le Sud de Septentrion. Conçue comme un projet de démesure, Méridion devait être une splendeur et abriter de très nombreux palais dont la résidence d’été des empereurs. Le projet fut majoritairement mené à bien et de nombreux nobles se joignèrent au mouvement pour faire bâtir des résidences secondaires dans la ville. Malheureusement, les galdyris pas plus que les capitalins moyens ne vinrent coloniser la ville et la mode du sud s’éteignit en quelques décennies à la Capitale. Lentement et surtout après l’Interrègne, la ville devint fantôme et tomba en ruine. La ville garde un énorme intérêt historique car elle est entièrement bâtie en un style impérial de la grande époque et n’a jamais connu les affres de la guerre. Certains quartiers sont toujours habités et ont trouvé leur propre identité, formant une ville vivante dans une ville morte.
  • Cossaverdos : port situé sur la côte galdyri, Cossaverdos s’est bâtie en soeur d’Iona. Cossaverdos fut le principal point d’accès des travailleurs et des ressources pour la construction des fortifications de l’île. Par la suite, elle l’alimenta en diverses ressources qu’il eut été trop cher d’acheminer autrement : bois, nourriture de base, etc. Avec le dépérissement de la province, Cossaverdos a dépéri avec elle. Le port est sale, mal entretenu et ses bâtisses datent rarement de moins de cinquante ans.

Culture

  • La moustache : La moustache est très populaire dans la région et ce quelque que soit la classe sociale. En brosse, courbée en pointe, longue, courte, la grande majorité des galdyris aiment à arborer leur moustache avec fierté. Les plus aisés investissent couramment de manière excessive dans leur entretien et s'offrent souvent un esclave barbier pour avoir une coupe optimale quotidienne.
  • Grandes foires de Guevrac : Guevrac tient tous les débuts de Brumaire, une grande foire commerçante. D’abord simplement conçue par le gouverneur comme un moyen plus aisé de collecter les taxes des paysans isolés, ces foires sont devenues de grands rendez-vous populaires et l’occasion de grandes festivités. De nombreux paysans préparent des produits plus festifs spécialement pour cette occasion. Il n’est d’ailleurs pas rare que les galdyris sacrifient des productions qui pourraient leur rapporter en les revendant à des marchands capitalins et les gardent pour ces fêtes.
  • L’accueil de l’Empereur : tradition des méridionais issue de la période impériale, cette fête consiste en une décoration de la cité et une préparation à la venue de Thermidor de l’Empereur en son palais (ce qu’il ne fit historiquement jamais). La festivité fut d’abord entretenu par les fonctionnaires enthousiastes chargés de la ville mais, après l’abandon de la ville, devint une grande fête de la ville et l’occasion de parader dans la bonne humeur et dans de beaux costumes. La fête se conclut devant le palais de Thermidor avec l’arrivée au balcon du doyen du village affublé des plus beaux vêtements que l’on peut trouver, singeant respectueusement l’empereur.

Gastronomie

Boissons

  • Le Pyyrhec : Un vin rouge relativement goûtu, puisqu’il doit être laissé à vieillir pendant deux dizaines d’années. Il faut successivement le mélanger avec des noix, du romarin et des olives noires. Bien qu’étant une spécialité reconnue du coin, il est rare que les Galdyris boivent de ce vin, qui est généralement sorti lors des Grandes foire de Guevrac ou lors de grandes occasions.

Plats

Produits

  • Le Venguda : un fromage au lait cru à pâte molle. Son goût est fort salé et parfumé aux herbes. Sa recette fut inventée à la demande des fonctionnaires locaux pour fêter la fondation de Méridion et l’arrivée de l’Empereur (qui ne vint jamais). C’est un fromage de fête galdyri.
  • L’Astaloche : L’Astaloche a été “inventée” par un berger qui avait oublié une cuisse d’agneau, salée et arômatisée au thym, accrochée dans sa cabane pendant tout un cycle de saison. La retrouvant en début de Thermidor, il aurait décidé de la goûter, malgré l’odeur quelque peu repoussante, et fut relativement bien surpris. Le nom de la préparation provient du fait que selon la légende, il faut donner une grande taloche sur la cuisse avant de la découper, pour chasser les maladies.

Religion

Le culte d’Arbitrio de rite adaarion est majoritaire sur le Galdyr continental. Les monastères n’y sont cependant pas riches et en mauvais état. Celui de Méridion est d’ailleurs abandonné et a est devenu le “centre-ville” de la population qui y entretient tout de même la salle de prière et quelques salles pour la vie des rares moines qui y vivent. Le culte qadjaride est également présent au sein des communautés qadjarides, surtout présentes dans le Sud.

Sur l’île d’Iona, on trouve une abbaye assez ancienne mais qui pâtit de la mauvaise situation de la cité. L’abbus local et ses moines ont une vision assez “dure” du culte phalangiste. La population, elle, est pieuse mais ne se rend pas automatiquement au sermon. Ils préfèrent une vision plus superstitieuse basée sur des prières, des icônes, des quolifichets et des talismans. On trouve également quelques très rares Ouandaïs parmi les Ocolidiens clandestins dans le port.

Trivia

  • Galdyr et Iona sont des noms repris en hommage à la série Summoner de Volition (respectivement du second et du premier opus).
  • La ville de Guevrac est un clin d’oeil au serveur rp Evelgard désormais fermé dont sont issus plusieurs joueurs d’Espéria et où la cité principale se nommait Guevrac.
  • Les autres noms de la région sont librement inspirés de l’Occitan.
  • Le surnom du gouverneur local de “seigneur Bélénos” (page dédié à venir) fut l’objet d’âpres débats en raison du fait que le dirigeant de la Grande Huratelon a le titre officiel de Seigneur.