Mouvement kantaisäiste

De Wiki'speria
(Redirigé depuis Kantaisäisme)
Aller à : navigation, rechercher

Attention ! À ne pas confondre avec le Kaitusianisme !

Le mouvement kantaisäiste est un mouvement religieux adaarion (ou une secte selon ses opposants) qui s’est formé en se revendiquant du kantaisäisme. Fidèle à Lorens Rhunnio, il est principalement basé à Svarstak et s’est organisé sous l’égide de la famille Kiirehtia. Son statut au sein de la Nation adaarionne est entouré d’un certain flou.

Note à l’intention des joueurs

Il est possible de jouer un personnage ayant participé en tant que simple adapte ou qui a été confronté au mouvement kantaisäiste. Il n’est cependant pas autorisé de jouer un “nouveau moine” ou un membre influent et actif du mouvement.

Territoire et influence

Le centre de l’influence kantaisäiste se situe à Svarstak et dans le nord de l’Alkupera à l’exception notable de Haus. De plus petits mouvements existaient également à Lissenbot et Golvandaar mais furent dissous de force après l’Incident de Lissenbot. Des partisans restent cependant présents dans l’ouest de la Maasydan, notamment à Hycolus.

Réputation

Le mouvement kantaisäiste a une réputation assez floue, le Valtuusto ou le Sovitelija n’ayant aucune position officielle sur le sujet. Pour l’immense majorité de la population adaarionne, les kantaisäistes ne sont jamais qu’un autre groupe de kultistains plus ou moins remuants et hostiles aux vaahvas.

Dans les régions où le mouvement est influent et notamment à Hycolus, la population est davantage est courant de ce qu’il en est. Les kantaisäistes y sont vus comme des radicaux (dans le bon ou le mauvais sens).

A Svarstak, le mouvement a pris le pouvoir et est pris au sérieux comme un renouveau religieux pour ses partisans ou comme une dangereuse rébellion pour ses opposants.

Symbolique

Emblèmes et symboles

Le symbole du mouvement kantaisäiste est un oeil d’Arbitrio illuminé. Certains emblèmes récents y ajoutent également le pont de Svarstak là où l’emblème adaarionne placerait le Mont Adaar, symbolisant ainsi un statut supérieur de Svarstak par rapport à Golvandaar.

Histoire

Naissance

Le début du mouvement kantaisäiste naquit en 491 à Svarstak lorsque Lorens Rhunnio y fut muté à cause d’un scandale à Golvandaar sur ses origines. Malgré ce scandale, Lorens était devenu une personnalité à cause de ses Oppis et sa participation au Bras de fer de Golvandaar. Comme d’autres, il prêchait pour un renouveau de la foi monachiste, une meilleure défense vis-à-vis des vaahvas et parfois aussi des zarègues et phalangistes ainsi qu’une dénonciation de la puissance et de la corruption supposée des corporations adaarionnes. Ces prêches trouvèrent un certain écho à Svarstak où les corporations adaarionnes avaient une mauvaise réputation, surtout par rapport aux notables hyvas locaux, et où la menace des vaahvas étaient une réalité.

Très tôt, Aura Kiirehtia devint adepte de Lorens Rhunnio. Sa présence créa une certaine curiosité pour les prêches de Rhunnio. Le monastère de Svarstak vit éclater plusieurs querelles internes autour du rôle toujours croissant de Rhunnio qui commença à être connu sous le surnom du “moine Rhunnio”. Le terme kantaisäiste commence également à émerger en 496 et le mouvement commence à se former.

Croissance

En 499, l’élection d’Ossian Kiirehtia permet aux adeptes kantaisäistes de gagner en influence. Les moines plus traditionnalistes sont alors ostracisés et le mouvement commence à s’étendre en dehors de Svarstak, notamment à Hycolus, Lissenbot et Golvandaar où le mouvement gagne une petite notoriété parmi les élites religieuses mais aussi au sein de la population.

En 506, l’apothi de Svarstak renonça à sa position, abandonna la vie religieuse et s’exila dans le Royaume Central. Aucune élection n’eut lieu et le moine Rhunnio devint de fait le nouveau chef spirituel de Svarstak. Certains lui donnent le titre d’apothi de la cité malgré tout.

Incident de Lissenbot

En 512, des adeptes du mouvement tentèrent de mener une insurrection à Lissenbot avec l’aide de notables hyvas, d’adeptes de tout l’ouest de la Maasydan (consciente ou non de la manoeuvre) et de personnes innocentes escroquées. Le complot fut démasqué et toutes les personnes impliquées furent arrêtées ou durent fuir à Svarstak. Cet épisode fut appelé l’Incident de Lissenbot et fut très efficacement dissimulé à la population et à l’étranger par les autorités adaarionnes. A Svarstak, beaucoup crurent qu’une invasion loyaliste de la cité étaient proche.

Rôle dans la Guerre des Marches

Durant la Guerre des Marches, les soldats kantaisäistes (gardes locaux et gardes montagnards) et des adeptes volontaires menèrent une résistance contre certaines tentatives d’invasion de l’Alkupera par le Bakkeflod. Cette guerre fut sans doute la raison pour laquelle aucune tentative de reprendre Svarstak ne fut entreprise par le Sovitelija. La résistance acharnée des kantaisäistes face aux Vaahvas permit de repousser une attaque majeure en 513. Ils reçurent ensuite le soutien des rajavartis pour la défense de Svarstak et menèrent des expéditions punitives dans la Zaraga, le Vahnamaa et le Bakkeflod.

Situation actuelle

Depuis la fin de la Guerre des Marches, le mouvement kantaisäiste se trouve dans une situation vague. La quasi-indépendance de Svarstak est aujourd’hui presque reconnu mais des émeutes au sein d’Hycolus et les troubles dans l’Alkupera continuent d’entâcher les relations avec les monachistes. Le Sovitelija Jurgen Yvanakivis n’a à ce jour pris aucune décision à leur sujet mais ni le moine Rhunnio, ni les Kiirehtia ne prônent d’actions particulières. Une certaine routine s’est installée.

Structure

Le mouvement kantaisäiste n’est que peu structuré. Globalement, il reste seulement composé d’un assemblage hétéroclite de fidèles et partisans de Lorens Rhunnio. Celui-ci ne se préoccupe que très peu de l’organisation de ses fidèles. Il se contente de prédiquer, écrire, prier et méditer, ce que ses fidèles revendiquent comme la preuve de sa sincérité.

Lorens Rhunnio, toutefois, se repose énormément sur une famille de notables hyvas de Svarstak, les Kiirehtia. La famille Kiirehtia dispose d’un réseau d’influence et d’agents bien plus organisée et capable d’agir au nom de mouvement avec l’aide de la fortune constituée par les dons des fidèles au moine Rhunnio. Cette partie du mouvement ne répond cependant qu’aux Kiirehtia qui incarnent les véritables dirigeants du mouvement kantaisäiste. Parmi ces agents se trouvent les “nouveaux moines”, des prédicateurs initiés et aux ordres d’Aura Kiirehtia.
De l’autre côté, le mouvement possède une masse d’adeptes volontaires issues de toutes les couches de la société svarstaki. On y trouve une grande quantité de mineurs de sel révoltés contre les corporations adaarionnes, de montagnards ayant fuit les raids vaahvas et de jeunes gens ayant grandi avec le mouvement. L’un de ces derniers est devenu un nom de plus en plus reconnu aujourd’hui: Marko Solattu.

Membres notables

Doctrine

Le mouvement étant récent et peu institutionnalisé, il est entièrement défini par les prises de positions du moine Rhunnio.

A ce jour, les principales divergences par rapport au monachisme traditionnel sont les suivantes:

  • Le Tehoparas (littéralement le gouvernement des meilleurs) est une doctrine développée par Rhunnio et qui consacre que le pouvoir doit revenir aux meilleurs croyants. Le principal argumentaire est la dénonciation d’exemples de corruption des monastères et des corporations adaarionnes. Le Bras de fer de Golvandaar et les nombreuses malversations qui eurent lieu à Svarstak sont évoqué de façon particulièrement fréquente.
  • La Predestinaatio (littéralement la prédestination) est une doctrine considérant que les meilleurs croyants sont nés élus d’Arbitrio, généralement en récompense de la grande arbeta de leurs parents.
  • La Jyrkka (littéralement le radicalisme) est une doctrine revendiquant le refus des accommodements avec d’autres religions.

Objectifs et activités

Les objectifs du mouvement kantaisäistes sont flous.

Les kantaisäistes pratiquent le prêche par les nouveaux moines mais aussi l’intimidation, le vandalisme (graffitis ou plus), les agressions de critiques et le démantelement des corporations adaarionnes là où ils sont dominants. Ils sont également souvent violents envers les anciens kantaisäistes, ces “apostats” sont ainsi pourchassés et souvent arrêtés et revendus comme esclaves sous des prétextes fallacieux grâce à la complicité d’esclavagistes svarstakis.